La ministre fédérale de l'Énergie Tinne Van der Straeten (Groen) est assez relaxe lorsque le 17 septembre 2021 Zuhal Demir (N-VA), son homologue au gouvernement flamand, refuse le permis pour une nouvelle usine à gaz à Dilsen-Stokkem, dans le Limbourg. C'était une perte calculée. Tous les feux étaient au rouge pour cette centrale électrique. Plus de 1 200 avis d'opposition avaient été déposés, la ville et le Comité régional des permis environnementaux (GOVC) avaient rendu un avis négatif et, au printemps 2021, la province s'était également opposée à la centrale qui, à 200 mètres du parc national De Hoge Kempen, émettrait 340 tonnes d'oxydes d'azote et 100 tonnes d'ammoniac par an.
...

La ministre fédérale de l'Énergie Tinne Van der Straeten (Groen) est assez relaxe lorsque le 17 septembre 2021 Zuhal Demir (N-VA), son homologue au gouvernement flamand, refuse le permis pour une nouvelle usine à gaz à Dilsen-Stokkem, dans le Limbourg. C'était une perte calculée. Tous les feux étaient au rouge pour cette centrale électrique. Plus de 1 200 avis d'opposition avaient été déposés, la ville et le Comité régional des permis environnementaux (GOVC) avaient rendu un avis négatif et, au printemps 2021, la province s'était également opposée à la centrale qui, à 200 mètres du parc national De Hoge Kempen, émettrait 340 tonnes d'oxydes d'azote et 100 tonnes d'ammoniac par an."Il ne faut pas être brillant pour comprendre qu'il existe de meilleures idées qu'une grande usine à gaz polluante à proximité d'une nature européenne de premier ordre", déclare Demir, originaire du Limbourg. Au cabinet de Van der Straeten, on ne panique pas. Il y a plus qu'assez de permis dans le pipeline pour atteindre la capacité nécessaire pour fournir de l'électricité à la Belgique après la sortie du nucléaire, estime-t-on. A la Chambre, personne ne dit mot sur la question.L'inquiétude s'empare du cabinet lorsque, le 15 octobre, Demir refuse encore un permis, cette fois pour une usine de gaz à Tessenderlo. Evidemment, cette centrale émettrait également plus de 300 tonnes d'azote et plus de 100 tonnes d'ammoniac par an. Mais elle était située un peu plus loin de la nature protégée. La plupart des avis, y compris ceux du GOVC et des autorités communales, étaient positifs.Demir voit suffisamment de raisons pour refuser le permis. Les conséquences pour la nature n'ont pas été évaluées en conjonction avec les effets de la centrale électrique voisine, avec laquelle la nouvelle centrale partagerait une salle de contrôle. La société de distribution d'eau potable Water-Link a émis un avis négatif, s'inquiétant du rejet des eaux de refroidissement et des eaux usées dans le canal Albert. Il y aurait déjà eu trop d'azote dans les réserves naturelles voisines. Et la demande ne démontrait pas suffisamment que la grande quantité d'ammoniac ajoutée n'aurait pas d'effets négatifs.Les membres d'un département local de Groen approuvent également ces critiques. Quelques jours avant que Demir n'annonce sa décision, ils énumèrent une série d'objections qu'ils concluent par : "Le mastodonte émettrait 2,4 millions de tonnes de CO2 par an, soit 25 fois plus que tous les habitants de Tessenderlo réunis". Ils souhaitent beaucoup de succès et de persévérance au groupe d'action locale qui s'est battu contre l'arrivée de la centrale.Van der Straeten réagit calmement à ce nouveau refus: "Je suppose que Demir ne joue pas avec la sécurité de l'approvisionnement en électricité", déclare-t-elle. Confiante, elle ajoute : "En tout cas, nous savons qu'il y a suffisamment de projets sur la table pour garantir la sécurité d'approvisionnement après la sortie du nucléaire. Bien entendu, il faut leur donner les chances qu'ils méritent."Elle pense sûrement à Vilvorde. Là, le conseil communal, y compris Barbara De Bakker, échevine Groen chargée de l'environnement et de la nature, donne son accord pour la construction d'une nouvelle usine à gaz. Il n'y a que 34 objections et une série d'avis positifs, y compris de la part de l'administration de Demir. Une nouvelle centrale électrique moderne remplacerait une centrale obsolète à Vilvorde. Rien ne peut être objecté ? Jusqu'à ce qu'on apprenne le 9 novembre que la ministre flamande refuse également ce permis. Là, les problèmes commencent."Tous les feux étaient au vert. C'est de la pure politique de parti", juge le bourgmestre de Vilvorde, Hans Bonte (Vooruit). Son président, Conner Rousseau, évoque un "sabotage". Lors du débat parlementaire, le lendemain, Van der Straeten réagit avec indignation. Elle se dit surprise d'avoir dû apprendre par les médias une décision qui avait apparemment déjà été prise le 29 octobre, souligne que tous les avis étaient positifs et que la propre N-VA de Demir avait reconnu la nécessité de nouvelles usines à gaz dans un précédent gouvernement. Elle parle d'une "politique d'obstruction".Une réalité différente"Nous sommes dans une réalité différente en Flandre depuis le jugement sur l'azote du 25 février 2021", déclare Demir ce soir-là dans l'émission Canvas De afspraak. Les anciennes promesses et les lignes de conduite établies n'étaient plus valables après que le Conseil des litiges relatifs aux permis a annulé le permis de construction d'un poulailler à Kortessem, dans le Limbourg. Le Conseil juge qu'il n'y a pas eu d'enquête suffisante pour déterminer si les émissions d'azote du poulailler auraient des effets négatifs sur la nature protégée européenne située à proximité. "Cela signifie que la baignoire est pleine, que la Flandre est pleine d'azote", c'est ainsi que Demir traduit l'arrêt pour les téléspectateurs de Flandre. Elle fait valoir que depuis le jugement sur l'azote, on ne pouvait pas laisser couler cent mille kilogrammes supplémentaires d'ammoniac, un composé d'azote et d'hydrogène, dans cette baignoire. Et certainement pas à proximité d'une réserve naturelle. Le candidat Engie Electrabel le savait aussi, dit-elle. Engie avait promis de réduire ses émissions, mais n'avait pas indiqué comment s'y prendre.Dans le studio, le politologue Dave Sinardet (VUB) écoutait Demir d'un air quelque peu ironique. "C'est en grande partie un argument d'opportunité", déclare-t-il plus tard à Knack. "Tout d'abord, il est très rare qu'un ministre passe outre tous les conseils de son administration. Deuxièmement, il n'est pas vrai que la N-VA se bat depuis longtemps contre les centrales à gaz. Au contraire, même après que le parti se soit retiré du gouvernement fédéral en 2018, il a encore fortement insisté sur le soutien aux centrales à gaz. Troisièmement, ses préoccupations concernant les émissions d'azote et de CO2 contrastent avec sa position dans le débat sur le climat, où elle veut au contraire réduire l'ambition flamande. L'attitude de la N-VA n'est donc pas tout à fait cohérente. Je suis presque sûr que les choses auraient été différentes si la N-VA avait été dans le gouvernement fédéral. Il aurait alors été dans l'intérêt du parti de ne pas être difficile. Vous voyez de tels conflits chaque fois que vous avez des gouvernements composés de manière asymétrique".La défense Demir conseille tous ceux qui considèrent sa décision comme un sabotage politique d'étudier d'abord la justification de son rejet. Elle indique qu'Engie souhaitait réduire les émissions à 45 tonnes d'ammoniac par an et, bien que brièvement, et qu'explique comment elle y parviendrait : "C'est possible grâce à la conception de l'installation de NOx, avec le choix d'un catalyseur à haute performance et d'un système de pulvérisation qui distribue l'ammoniac aussi efficacement que possible". Engie a également accepté d'inclure dans le permis une émission maximale de 45 tonnes par an.Le décret ministériel indique que Demir estime que ce n'est pas suffisant. Elle se réfère à ce qu'Engie elle-même a écrit dans l'évaluation de l'impact environnemental. Celle-ci stipule que l'émission d'oxydes d'azote (NOx) et celle d'ammoniac (NH3) sont des vases communicants. Si l'on veut réduire la deuxième, la première augmente à nouveau. En outre, le système de limitation des émissions ne fonctionne réellement qu'après deux heures d'activité de la centrale. Ce n'est que lorsque l'installation fonctionne à plein régime qu'il est possible de respecter les normes les plus strictes. Mais Vilvorde est censé être une solution de secours flexible lorsque le soleil et le vent ne fournissent pas suffisamment d'énergie.Dans l'évaluation des incidences sur l'environnement, Engie supposait que le dépôt d'azote était inférieur à la valeur seuil. Mais, dit la ministre, depuis l'arrêt azote, ces valeurs seuils ne sont plus applicables et c'est au demandeur de prouver qu'il n'y a pas de dépôt qui affecte la nature. C'est une gifle à la Commission régionale de l'environnement. Celle-ci avait jugé que les émissions d'ammoniac restantes de 45 tonnes par an étaient limitées par rapport aux émissions de NOx évitées. La ministre conteste ce chiffre de 45 - il est de 107 tonnes - et déclare que l'on peut difficilement qualifier une telle émission de limitée.Van der Straeten qualifie l'usine de Vilvorde, hors course, de "la plus moderne et la plus flexible d'Europe" et Engie la qualifie même de "meilleure au monde". La centrale doit cette étiquette à une nouvelle technique qui réduit fortement les émissions d'oxydes d'azote dans un catalyseur. Mais elle utilise de l'eau ammoniacale. C'est pourquoi la centrale, contrairement à celle de Wondelgem, à qui Demir a accordé un permis, dégage des quantités considérables d'ammoniac. Il est possible que cet ammoniac ait un impact plus important sur la nature que les oxydes d'azote, estime Demir. Afin d'évaluer s'il y a eu un "dommage évitable", le requérant aurait dû comparer l'effet des deux. Le fait qu'Engie ne l'ait pas fait est une autre raison pour laquelle le ministre a refusé le permis.Une N-VA verteLes émissions de CO2 de la centrale de Vilvorde ne jouent guère de rôle dans la justification du refus. Elle se concentre presque entièrement sur l'impact sur la nature vulnérable. Cela colle à l'image d'une ministre qui veut étendre la zone forestière en Flandre, qui affirme qu'un vrai nationaliste flamand ne peut faire autrement que de défendre son environnement et s'inscrit ainsi dans une longue tradition de protection de la nature au sein du Mouvement flamand."Dans les années 1970, alors que le parti vert n'existait pas encore et que la Volksunie connaissait ses premiers succès, ce parti attirait également un public concerné par les valeurs immatérielles et doté d'une certaine sensibilité au thème de l'environnement", explique Sinardet. "Ils étaient parmi les premiers à le souligner. Plus tard est arrivé le parti vert Agalev, qui a repris une partie de cet électorat. Néanmoins, il y a toujours eu une aile au sein de la Volksunie qui considérait l'environnement comme une question importante. Certains au sein de la N-VA sont encore sur cette ligne, mais ils ne sont pas très nombreux. Il y a également eu des affrontements avec le CD&V, qui défend les intérêts agricoles traditionnels. Lors des négociations sur le climat, Demir a mis sur la table un certain nombre de questions concernant l'azote et l'agriculture que le CD&V a eu du mal à traiter. Mais elle n'a pas demeuré intraitable au point que le Boerenbond ait dû céder sur des choses vraiment difficiles."Lors du débat parlementaire, l'adversaire de Demir, Tinne Van der Straeten, se présente comme une technocrate, quelqu'un qui fait ce qui est nécessaire. Elle est si fière de ce positionnement qu'elle l'épingle sur son profil Twitter. "Ce n'est pas vrai, évidemment", relativise Sinardet. Ce sont des décisions politiques. Il est vrai que Van der Straeten n'est pas considérée comme une jusqu'auboutiste idéologique, mais comme une experte en énergie ouverte à la discussion et ayant de bons contacts avec le terrain. Cependant, elle et son parti ont fait des choix politiques lors de la formation du gouvernement. Et ils sont en train de les mettre en oeuvre."Pourtant, l'histoire d'un parti qui s'est toujours fortement identifié au mouvement antinucléaire semble également peser idéologiquement sur Van der Straeten. Pour la réalisation de l'option nucléaire, elle est prête à accepter que les émissions de CO2 de la Belgique augmentent et que les dépôts d'azote dans la nature protégée européenne augmentent. "Il est difficile d'expliquer qu'il faut installer des centrales à gaz qui émettent plus de CO2 que les centrales nucléaires", estime Sinardet. "C'est un point faible, et le résultat de la lutte historique du mouvement vert contre l'énergie nucléaire. Mais il est maintenant trop tard pour revenir sur la fermeture de ces deux centrales nucléaires. Engie a également déclaré que c'était terminé. Le débat est clos. C'est une constatation factuelle."Un faux dilemme?Ike Teuling, de "Tegengas" (le mouvement contre l'arrivée de nouvelles centrales à gaz en Belgique), estime également que la sortie du nucléaire est un fait accompli. "Nous sommes satisfaits de la décision de Zuhal Demir de refuser trois des quatre licences, et pas de ce que fait Tinne Van der Straeten. C'est évidemment très bizarre. Il est étrange pour le mouvement climatique de se retrouver face à un parti vert et d'avoir la N-VA comme alliée apparente. Les émissions de CO2 de la Belgique augmenteront fortement avec l'arrivée de nouvelles centrales au gaz. C'est la dernière chose que nous pouvons nous permettre. La Belgique est déjà partout en bas des listes. Tout le monde dit que nous devrions arrêter d'investir dans les combustibles fossiles, surtout en tant que gouvernement. C'est fou de le faire quand même."Teuling a fait campagne contre les centrales nucléaires en tant que responsable de l'énergie nucléaire pour Greenpeace. L'énergie nucléaire représente aujourd'hui près de 40 % de l'approvisionnement en électricité en Belgique. Selon Van der Straeten, il n'y a pas d'autre solution que de combler temporairement le vide laissé par la sortie du nucléaire par de nouvelles centrales au gaz. "C'est un faux dilemme", objecte Teuling. La Commission de régulation de l'électricité et du gaz (CREG) le dit aussi : nous pouvons fermer les centrales nucléaires sans construire de nouvelles capacités. Le cynisme veut que ce soit à cause du changement climatique. Comme les hivers sont moins froids, la demande d'énergie diminue".En mars 2020, le régulateur de l'énergie a calculé, sur la base de la demande d'électricité des 20 dernières années, s'il y aurait une pénurie d'électricité après la sortie du nucléaire et sans nouvelles centrales à gaz. Il en conclut que la pénurie serait de 2,9 heures par an, soit moins que le seuil critique de trois heures. "La Belgique n'a pas besoin de nouvelles centrales à gaz pour garder la lumière allumée après la fermeture des centrales nucléaires", conclut De Standaard sur la base des conclusions de la CREG.A pleine capacitéCe point de vue semble avoir sombré dans l'oubli. La ministre Van der Straeten maintient que de nouvelles centrales à gaz sont nécessaires dans tous les scénarios. Le président de la CREG, Koen Locquet, élude d'abord la question de Knack qui lui demandait si le rapport de la CREG démontrait le contraire. Dans un e-mail, il écrit que l'étude date d'avant l'élaboration du CRM, le mécanisme de rémunération de capacités qui attire les investisseurs à construire de nouvelles capacités électriques à l'aide de subventions. "Le point que vous mentionnez était l'un des axes de réflexion", écrit-il. Après quelques sollicitations, il ajoute : "Nous souhaitons revenir sur ce qui a été communiqué précédemment. Le document date de mars 2020, alors que les discussions étaient loin d'être terminées et que de nombreuses inconnues/paramètres devaient encore être déterminés.''Teuling pense que Locquet ne veut pas se griller en affirmant politiquement que de nouvelles centrales à gaz ne sont pas nécessaires. Elle estime que cette conclusion pourrait déjà être tirée des travaux de recherche de la CREG. "Des capacités sont désormais mises en place pour les quelques jours par an où il fait extrêmement froid, où il n'y a pas de vent et où le soleil ne brille pas. La CREG affirme qu'il n'y aurait pas de problème non plus ces jours-là. Mais si le problème se pose, il existe d'autres solutions que la construction de méga-centrales de gaz. Vous pouvez demander aux grands consommateurs d'électricité, comme les usines, de produire un peu moins ces jours-là. Ces centrales à gaz subventionnées fourniront une électricité très bon marché. Il est illusoire de penser qu'elles ne fonctionneront qu'aux moments où il y a trop peu de soleil et de vent. Elles fonctionneront à pleine capacité, non pas tant pour résoudre les problèmes de capacité de la Belgique, mais pour exporter de l'énergie vers les pays qui nous entourent."Pile ou face Gerrit Jan Schaeffer, qui dirige depuis juin dernier EnergyVille, le centre de recherche sur l'énergie durable et les systèmes énergétiques intelligents, estime que le discours de Teuling est un peu trop optimiste. "C'est possible, s'il n'y a pas d'hiver rigoureux. Mais c'est un peu risqué. Deux gigawatts supplémentaires sont certainement nécessaires, 3,85 pour que ce soit optimal en termes de coût". Selon lui, prolonger la durée de vie des centrales nucléaires ne change pas grand-chose. "Si nous les gardons ouvertes, il faudra d'abord les réviser. En 2025, elles seront de toute façon hors service pendant un an ou deux. Dans les deux scénarios - ouvertes ou fermées - il faut autant de nouvelles centrales à gaz pour maintenir la sécurité d'approvisionnement. Du coup, j'appelle à cesser le plus vite possible le débat sur la sortie du nucléaire. Lancez une pièce de deux euros. Laissez les centrales nucléaires ouvertes pendant encore dix ans si c'est pile, et si c'est face, fermez-les. Tant que c'est clair."Dans l'avenir envisagé par EnergyVille, les sources renouvelables fourniront la plus grosse part de l'énergie. M. Schaeffer brosse le tableau : "Beaucoup de vent en mer, en grande partie également au large des côtes néerlandaises ou danoises, car la Belgique n'a qu'un petit morceau de mer du Nord. Et beaucoup de soleil sur la terre. Ensemble, le soleil et le vent produisent un rendement variable. Il faut de nombreux mécanismes pour faire face à la fluctuation de l'offre, comme le stockage de l'énergie hydroélectrique à grande échelle dans les lacs, les connexions internationales, les batteries et la flexibilité de la demande. Les batteries des millions de voitures électriques pourraient également jouer un rôle à l'avenir. Une batterie pleine contient six ou sept fois plus que ce dont un ménage a besoin au quotidien. Les voitures ne sont également utilisées que 3 à 5 % du temps. Mais il faut tenir compte de la Dunkelflaute, une période de plusieurs semaines où il fait froid, sombre et où il n'y a pas de vent. Pour cela, il faut des centrales électriques qui ne fonctionnent peut-être que quelques centaines d'heures par an en appoint. Elles ne sont pas chères à construire et leurs coûts de fonctionnement peuvent être élevés, car elles ne fonctionnent qu'une petite partie de l'année. Les centrales électriques au gaz entrent dans ce cadre. Les centrales nucléaires et géothermiques sont toutes deux très coûteuses à installer."C'est un discours qui aurait pu sortir tout droit de la bouche de Tinne van der Straeten. "Elle sait de quoi elle parle. Elle a une vision", affirme Schaeffer. Elle essaie d'élever le niveau d'ambition de toutes sortes de manières. Elle a déjà annoncé qu'elle voulait passer à 5,8 gigawatts d'éoliennes en mer. Cela permettrait de remplir la partie de la côte belge qui s'y prête et qui se trouve plus au large". Et c'est nécessaire, estime Schaeffer. "On pourrait presque dire que l'Agence internationale de l'énergie, qui n'est pas un club d'activistes, mais un groupe de réflexion assez conservateur du monde de l'énergie, s'est rangée derrière Greta Thunberg. Ils affirment que le changement doit être beaucoup plus rapide si nous voulons limiter le réchauffement de la planète à 1,5 degré."Pour lui, la discussion sur la sortie du nucléaire et les quelques centrales à gaz dont la Belgique pourrait avoir besoin ou non, prend beaucoup trop d'énergie. Il serait préférable de se concentrer sur ce qui doit vraiment être fait. Tous les bâtiments doivent devenir neutres sur le plan énergétique d'ici à 2050. Nous devons travailler sur la mobilité propre et concevoir des villes plus propices au vélo et à la marche. Vous devez utiliser les énergies renouvelables à une échelle beaucoup plus grande. Ce sont les discussions vraiment importantes."