"On estime que ça dépasse déjà les dix hectares", a expliqué à l'AFP le porte-parole d'Involcan, David Calvo, qui a précisé que des mesures plus précises allaient être réalisées dans les prochaines heures à l'aide de drones.

La coulée de lave du volcan Cumbre Vieja, entré en éruption il y a onze jours, est finalement arrivée jusqu'à la mer dans la nuit de mardi à mercredi après avoir parcouru six kilomètres, dévastant tout sur son passage. Le volcan n'a depuis cessé d'expulser de la lave et la coulée de se déverser dans l'océan.

"Les fleuves de lave continuent à descendre par le canal" emprunté depuis mardi soir "jusqu'à la mer", a détaillé David Calvo.

La lave a atteint la mer sans provoquer pour le moment les effets les plus redoutés, à savoir des explosions ou des vagues bouillonnantes. Cette rencontre entre la lave à plus de 1.000 degrés et l'eau de mer a toutefois produit des gaz potentiellement toxiques.

"Il y a toujours une colonne de gaz, comme celle que l'on pouvait observer hier", a encore dit David Calvo, en précisant que le vent, qui avait aidé mercredi à dissiper rapidement ces gaz, était moins fort est moins fort jeudi.

La mairie de La Palma, le gouvernement local de l'île, a demandé à plusieurs quartiers de Tazacorte de se confiner, là où la lave s'est jetée dans la mer, afin d'éviter de possibles intoxications aux gaz.

"L'éruption a touché environ 476 hectares" de cette île d'environ 70.000 hectares et détruit "744 constructions", a indiqué sur Twitter l'autorité locale de l'île.

Parmi les 85.000 habitants de l'île, 6.000 ont dû quitter leur domicile à la hâte avec l'éruption, qui a également des conséquences importantes sur la culture de la banane, la principale activité économique de la zone.

"On estime que ça dépasse déjà les dix hectares", a expliqué à l'AFP le porte-parole d'Involcan, David Calvo, qui a précisé que des mesures plus précises allaient être réalisées dans les prochaines heures à l'aide de drones.La coulée de lave du volcan Cumbre Vieja, entré en éruption il y a onze jours, est finalement arrivée jusqu'à la mer dans la nuit de mardi à mercredi après avoir parcouru six kilomètres, dévastant tout sur son passage. Le volcan n'a depuis cessé d'expulser de la lave et la coulée de se déverser dans l'océan."Les fleuves de lave continuent à descendre par le canal" emprunté depuis mardi soir "jusqu'à la mer", a détaillé David Calvo.La lave a atteint la mer sans provoquer pour le moment les effets les plus redoutés, à savoir des explosions ou des vagues bouillonnantes. Cette rencontre entre la lave à plus de 1.000 degrés et l'eau de mer a toutefois produit des gaz potentiellement toxiques."Il y a toujours une colonne de gaz, comme celle que l'on pouvait observer hier", a encore dit David Calvo, en précisant que le vent, qui avait aidé mercredi à dissiper rapidement ces gaz, était moins fort est moins fort jeudi.La mairie de La Palma, le gouvernement local de l'île, a demandé à plusieurs quartiers de Tazacorte de se confiner, là où la lave s'est jetée dans la mer, afin d'éviter de possibles intoxications aux gaz."L'éruption a touché environ 476 hectares" de cette île d'environ 70.000 hectares et détruit "744 constructions", a indiqué sur Twitter l'autorité locale de l'île.Parmi les 85.000 habitants de l'île, 6.000 ont dû quitter leur domicile à la hâte avec l'éruption, qui a également des conséquences importantes sur la culture de la banane, la principale activité économique de la zone.