Des scientifiques ont fait une découverte surprenante au fond de la fosse des Mariannes, la fosse océanique la plus profonde actuellement connue : des bactéries capables de "manger" les hydrocarbures. Des bactéries similaires ont déjà été utilisées pour faire face aux déversements pétroliers, mais ces nouvelles recherches révèlent que la fosse des Mariannes, située à l'est des Philippines, abrite la plus grande concentration de ces formes de vie, dit The Independent.
...

Des scientifiques ont fait une découverte surprenante au fond de la fosse des Mariannes, la fosse océanique la plus profonde actuellement connue : des bactéries capables de "manger" les hydrocarbures. Des bactéries similaires ont déjà été utilisées pour faire face aux déversements pétroliers, mais ces nouvelles recherches révèlent que la fosse des Mariannes, située à l'est des Philippines, abrite la plus grande concentration de ces formes de vie, dit The Independent.Il s'agit de l'analyse microbienne la plus complète de la fosse à ce jour. Se rendre au fond de la fosse est dangereux et coûteux, et seules quelques expéditions ont étudié les organismes qui peuplent cet écosystème. "Nous en savons plus sur Mars que sur la zone la plus profonde de l'océan", regrette Xiao-Hua Zhang (Université des océans de Chine), qui a dirigé la nouvelle étude. L'équipe de recherche est descendue pour prélever des échantillons de la population microbienne. "Nous avons étudié les échantillons rapportés et identifié un nouveau groupe de bactéries dégradant les hydrocarbures", explique le Dr Jonathan Todd (UEA School of Biological Sciences). Les hydrocarbures sont des composés organiques faits d'hydrogène et d'atomes de carbone. On les trouve en de nombreux endroits, y compris le pétrole brut et le gaz naturel. "Ces types de micro-organismes mangent essentiellement des composés similaires à ceux du pétrole et les utilisent ensuite comme source d'énergie. Des micro-organismes similaires jouent un rôle dans la dégradation des marées noires lors de catastrophes naturelles telles que la marée noire de BP en 2010, dans le golfe du Mexique", précise-t-il. Pour comprendre la source des hydrocarbures qui "nourrissent" cette bactérie, l'équipe a analysé des échantillons d'eau de mer prélevés à la surface et tout le long de la colonne d'eau jusqu'aux sédiments situés au fond. "Nous avons découvert que les hydrocarbures existent jusqu'à 6.000 mètres sous la surface de l'océan et probablement même plus profondément. Une proportion importante d'entre eux provient probablement de la pollution de surface des océans", déclare le Dr Nikolai Pedentchouk.Les hydrocarbures examinés par les chercheurs ont déjà été repérés dans des algues à la surface de l'océan, mais leur présence au plus profond de l'eau est une véritable découverte. Lors d'expériences en laboratoire, l'équipe a pu confirmer que la bactérie pouvait effectivement consommer des hydrocarbures dans des conditions extrêmes. Il n'est cependant pas encore clairement établi que la bactérie nouvellement découverte pourrait aussi aider à nettoyer la pollution causée par les déversements d'hydrocarbures.