Les matières particulaires ou PM (acronyme de "Particulate Matter" en anglais) sont les particules en suspension dans l'atmosphère terrestre. A Bruxelles, lors de la pire journée de la qualité de l'air de cette année, les concentrations de particules fines dangereuses pour la santé ont atteint 75 µg/m3, un niveau considéré comme "malsain".

En comparaison, en Californie l'année dernière, lorsqu'une épaisse couche de fumée provenant des incendies s'est répandue dans toute la région, la pollution aux particules fines a atteint près de 200 µg/m3, ce qui se situe dans la fourchette "très malsaine". Il est conseillé ces jours-là de limiter les activités en plein air au maximum.

Mais ce pic n'est rien en comparaison avec la récente crise de la qualité de l'air dans le nord de l'Inde. Le jour le plus pollué du mois dernier, les niveaux de particules fines à New Delhi ont atteint plus de 900 µg/m3 rapporte le New York Times, alors que le maximum est à 500. La qualité de l'air est dans ce cas qualifiée de "dangereuse".

La pollution par les particules fines a causé environ 4,2 millions de décès dans le monde en 2015, avec une majorité concentrée en Asie de l'Est et du Sud. Des millions d'autres personnes sont tombées malades en respirant de l'air pollué.

Sur son site, le NYT propose de comparer le niveau de pollution d'une ville donnée avec les autres capitales du monde. Les données présentées se concentrent sur la pollution particulaire moyenne. La quantité de pollution peut aussi varier à l'intérieur d'une même ville, d'un quartier à l'autre et d'un bloc à l'autre.

Cette pollution aux particules fines provient principalement des objets brûlés : le charbon dans les centrales électriques, l'essence des voitures, les produits chimiques dans les procédés industriels, les matières en bois et tout ce qui s'enflamme pendant les feux de forêt... explique le journal new yorkais. Les particules sont trop petites pour que l'oeil puisse les voir - chacune est environ 35 fois plus petite qu'un fin grain de sable - mais en fortes concentrations, elles projettent une brume dans le ciel. Une fois inhalées, elles font des ravages sur la santé humaine.

Les particules en suspension dans l'air, aussi appelée PM2,5 car elles ont un diamètre inférieur à 2,5 µm, peuvent pénétrer profondément dans les poumons et même dans la circulation sanguine. Il a été démontré que ce type de pollution exacerbe l'asthme et les autres troubles pulmonaires et augmente le risque de crise cardiaque et d'AVC. Cette pollution microscopique a également été associée à des problèmes de développement chez les enfants et à des troubles cognitifs chez les personnes âgées, ainsi qu'aux accouchements prématuré et au faible poids à la naissance.

Carte interactive de l'évolution des particules fines dans le monde sur l'année écoulée. © Printscreen NYT

"Avoir accès à de l'air pur est un droit humain fondamental"

Sous des niveaux élevés de pollution aux particules fines, "vous ne pouvez pas fonctionner, vous ne pouvez pas vous épanouir", alerte Alexandra Karambelas, analyste environnementale et chercheuse scientifique affiliée à l'Université Columbia, citée par le NYT. "Avoir accès à de l'air pur est un droit humain fondamental", ajoute-t-elle. Les régions en développement et les régions nouvellement industrialisées connaissent aujourd'hui l'une des pires pollutions aux particules. Même les économies développées à revenu élevé, qui ont fait de grands progrès dans la réduction de cette pollution, continuent de lutter pour la qualité de leur air.

Aux États-Unis, où l'air est parmi les plus propres au monde, les particules fines ont causé 88 000 décès prématurés en 2015, rendant cette pollution plus mortelle que le diabète et la grippe. La pollution en Amérique s'est aggravée depuis 2016, inversant des années d'amélioration.

Le mois dernier, la pollution particulaire a atteint des sommets apocalyptiques à New Delhi, une ville qui lutte contre la qualité de l'air toute l'année. Le jour le plus pollué, les concentrations de PM2,5 ont dépassé la limite de l'air "dangereux" et sont restées dangereusement élevées au cours des semaines suivantes.

Les autorités ont déclaré une urgence de santé publique en fermant des écoles et en distribuant des millions de masques de protection aux habitants. Des centaines de vols à destination et en provenance de la ville ont été annulés ou retardés en raison de la faible visibilité.

Dans un effort pour purifier un minimum l'atmosphère, le gouvernement a temporairement arrêté tous les projets de construction et limité le nombre de voitures sur la route, obligeant les véhicules avec des plaques d'immatriculation impaires et paires à conduire en alternance.

Le bon exemple de Pékin

À partir de la fin du mois d'octobre, l'Inde vit une très forte pollution. La fumée provenant des terres agricoles brûlées se combine à la pollution urbaine de Delhi déjà présente toute l'année. Un mélange toxique de gaz d'échappement des véhicules, d'émissions industrielles et de poussière de construction crée alors un smog larmoyant. Les feux d'artifice des célébrations de Diwali viennent par ailleurs aggraver l'air très néfaste de la ville. Simultanément, l'air froid hivernal descendant des montagnes de l'Himalaya emprisonne la pollution à la surface, créant une ceinture de brume qui peut être vue de l'espace.

Pékin est un bon exemple de ville qui a réussi en quelques années à renverser la vapeur et à prendre des mesures pour rendre son air plus respirable. En 2014, le gouvernement a annoncé une " guerre contre la pollution ", s'engageant à nettoyer la brume dangereuse qui plane sur de nombreuses grandes villes chinoises.

Comme l'explique le NYT, le pays a fixé des limites strictes pour la combustion du charbon et a mis en oeuvre de nouvelles normes d'émissions pour les centrales électriques et l'industrie lourde. Elle a également interdit la construction de nouvelles centrales au charbon autour de Pékin et d'autres zones très polluées et a fermé certaines des centrales les plus anciennes et les plus polluantes. Pékin, Shanghai et d'autres grandes villes ont limité le nombre de véhicules très polluants sur leurs routes et d'autobus électriques fortement subventionnés.

Aujourd'hui, la qualité de l'air à Pékin s'est améliorée, même si le ciel reste loin d'être clair. La pollution particulaire quotidienne moyenne se situe dans la plage "modérée" à "insalubre". La lecture horaire maximale a atteint près de 250 microgrammes par mètre cube en novembre dernier. Mais c'est beaucoup moins que les niveaux de pollution qui étaient autrefois courants dans la ville. En 2013, Pékin enregistrait des concentrations de 700 à 900 µg/m3 de PM2,5, un peu comme l'air à New Delhi le mois dernier.