La CBD a présenté en juillet un projet de texte devant être finalisé lors de négociations à Kunming, en Chine, au printemps prochain, visant à "vivre en harmonie avec la nature" à l'horizon 2050, avec des objectifs intermédiaires pour 2030. C'est la première fois que les délégations se retrouvent depuis la publication du texte. Les réunions en ligne seront limitées à trois heures par jour.

La COP15, une réunion internationale jugée essentielle pour la protection de la nature, s'ouvrira dans un premier temps avec un sommet virtuel, du 11 au 15 octobre. Mais les négociations proprement dites, en présentiel, se tiendront dans un second temps à Kunming, en Chine, du 25 avril au 8 mai 2022. La COP15, qui devait initialement se tenir en octobre 2020, avait déjà été repoussée d'un an.

L'annonce du report de la CBD a été plutôt bien accueillie par des ONG comme WWF, estimant qu'il laissait plus de temps pour améliorer le texte et tenir des négociations en présentiel, tout en insistant sur l'urgence à agir car la dégradation de la nature par les activités humaines se poursuit.

La CBD a présenté en juillet un projet de texte devant être finalisé lors de négociations à Kunming, en Chine, au printemps prochain, visant à "vivre en harmonie avec la nature" à l'horizon 2050, avec des objectifs intermédiaires pour 2030. C'est la première fois que les délégations se retrouvent depuis la publication du texte. Les réunions en ligne seront limitées à trois heures par jour.La COP15, une réunion internationale jugée essentielle pour la protection de la nature, s'ouvrira dans un premier temps avec un sommet virtuel, du 11 au 15 octobre. Mais les négociations proprement dites, en présentiel, se tiendront dans un second temps à Kunming, en Chine, du 25 avril au 8 mai 2022. La COP15, qui devait initialement se tenir en octobre 2020, avait déjà été repoussée d'un an.L'annonce du report de la CBD a été plutôt bien accueillie par des ONG comme WWF, estimant qu'il laissait plus de temps pour améliorer le texte et tenir des négociations en présentiel, tout en insistant sur l'urgence à agir car la dégradation de la nature par les activités humaines se poursuit.