L'amendement, inscrivant cet objectif dans le cadre d'une vaste "loi climat", a été adopté tard mardi par les eurodéputés réunis en séance plénière à Bruxelles, par 352 voix contre 326 et 18 abstentions, selon des sources parlementaires.

Cette adoption, qui devra être confirmée mercredi par le vote du texte complet de la loi, ouvrira la voie à des pourparlers avec les Etats.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, avait proposé mi-septembre de viser une réduction de 55% des émissions de gaz à effet de serre de l'UE en 2030 par rapport au niveau de 1990, contre un objectif actuellement fixé à -40%, afin de parvenir à l'objectif déjà entériné de "neutralité carbone" en 2050.

Désormais, les Etats membres doivent se prononcer sur cette proposition de l'exécutif européen avant d'engager des négociations avec le Parlement sur l'échéance 2030. Les chefs d'Etat et de gouvernement des Vingt-Sept devraient se donner un délai supplémentaire avant de prendre position sur un objectif.

Lors de leur prochain sommet des 15-16 octobre, ils prévoient simplement de "discuter" de la proposition de la Commission sur l'objectif 2030 et des "mesures nécessaires pour y parvenir", avant d'y revenir en décembre, selon des conclusions provisoires consultées par l'AFP.

Selon l'accord de Paris de 2015 sur le climat, "l'UE et ses Etats membres, agissant de concert, doivent soumettre l'actualisation de leurs contributions nationales d'ici la fin de l'année", précise ce document. Les Vingt-Sept devraient donc se déterminer lors du sommet des 10-11 décembre --un calendrier qui rend compliqué de trouver ensuite un accord avec le Parlement européen d'ici fin décembre.

Dans l'immédiat, le vote des eurodéputés est "historique (...), un signal extrêmement fort face aux négociations de l'automne", a salué l'eurodéputée Jytte Guteland (Sociaux-Démocrates), rapporteure de la "loi climat", tout en appelant à "rester prudents avant le vote final".

L'amendement, inscrivant cet objectif dans le cadre d'une vaste "loi climat", a été adopté tard mardi par les eurodéputés réunis en séance plénière à Bruxelles, par 352 voix contre 326 et 18 abstentions, selon des sources parlementaires.Cette adoption, qui devra être confirmée mercredi par le vote du texte complet de la loi, ouvrira la voie à des pourparlers avec les Etats.La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, avait proposé mi-septembre de viser une réduction de 55% des émissions de gaz à effet de serre de l'UE en 2030 par rapport au niveau de 1990, contre un objectif actuellement fixé à -40%, afin de parvenir à l'objectif déjà entériné de "neutralité carbone" en 2050.Désormais, les Etats membres doivent se prononcer sur cette proposition de l'exécutif européen avant d'engager des négociations avec le Parlement sur l'échéance 2030. Les chefs d'Etat et de gouvernement des Vingt-Sept devraient se donner un délai supplémentaire avant de prendre position sur un objectif.Lors de leur prochain sommet des 15-16 octobre, ils prévoient simplement de "discuter" de la proposition de la Commission sur l'objectif 2030 et des "mesures nécessaires pour y parvenir", avant d'y revenir en décembre, selon des conclusions provisoires consultées par l'AFP.Selon l'accord de Paris de 2015 sur le climat, "l'UE et ses Etats membres, agissant de concert, doivent soumettre l'actualisation de leurs contributions nationales d'ici la fin de l'année", précise ce document. Les Vingt-Sept devraient donc se déterminer lors du sommet des 10-11 décembre --un calendrier qui rend compliqué de trouver ensuite un accord avec le Parlement européen d'ici fin décembre.Dans l'immédiat, le vote des eurodéputés est "historique (...), un signal extrêmement fort face aux négociations de l'automne", a salué l'eurodéputée Jytte Guteland (Sociaux-Démocrates), rapporteure de la "loi climat", tout en appelant à "rester prudents avant le vote final".