Après le fédéral, Bruxelles et la Wallonie, le gouvernement flamand a adopté lundi son plan régional Energie-Climat, l'une des dernières pièces du puzzle pour la confection d'un Pnec belge intégré comme demandé par la Commission européenne pour le 31 décembre.

"Malentendu"

Le plan approuvé par la Flandre évoque une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 32,6% d'ici 2030, faisant dire à d'aucuns que le nord du pays avait revu à la baisse son objectif initial. Un "malentendu", selon Mme Demir, pour qui "l'objectif flamand reste -35%". Selon la ministre, les mesures décidées par le gouvernant flamand représentent une baisse de 32,6% mais "l'histoire ne s'arrête pas là, des mesures supplémentaires seront prises dans les prochaines années" pour combler cet écart. Le plan flamand est "évolutif", a encore dit Zuhal Demir, qui s'attend notamment à ce que des innovations technologiques permettent d'aller plus loin dans les prochaines années.

Concernant la stratégie à long terme de la Flandre, c'est-à-dire à l'horizon 2050, autre document demandé par la Commission européenne, Zuhal Demir a précisé mercredi que le travail est en cours avec l'objectif de mettre ce point à l'agenda du conseil des ministres flamands prévu avant les vacances de Noël, aux alentours du 20 décembre.

Après le fédéral, Bruxelles et la Wallonie, le gouvernement flamand a adopté lundi son plan régional Energie-Climat, l'une des dernières pièces du puzzle pour la confection d'un Pnec belge intégré comme demandé par la Commission européenne pour le 31 décembre. Le plan approuvé par la Flandre évoque une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 32,6% d'ici 2030, faisant dire à d'aucuns que le nord du pays avait revu à la baisse son objectif initial. Un "malentendu", selon Mme Demir, pour qui "l'objectif flamand reste -35%". Selon la ministre, les mesures décidées par le gouvernant flamand représentent une baisse de 32,6% mais "l'histoire ne s'arrête pas là, des mesures supplémentaires seront prises dans les prochaines années" pour combler cet écart. Le plan flamand est "évolutif", a encore dit Zuhal Demir, qui s'attend notamment à ce que des innovations technologiques permettent d'aller plus loin dans les prochaines années. Concernant la stratégie à long terme de la Flandre, c'est-à-dire à l'horizon 2050, autre document demandé par la Commission européenne, Zuhal Demir a précisé mercredi que le travail est en cours avec l'objectif de mettre ce point à l'agenda du conseil des ministres flamands prévu avant les vacances de Noël, aux alentours du 20 décembre.