"Le rafraîchissement de cette fin d'année n'aura rien changé. C'est désormais officiel : avec une valeur moyenne sur l'ensemble du pays atteignant 14°C, la température de l'année 2020 est la plus élevée jamais enregistrée, devant 2018 (13,9°C)", a précisé cet organisme sur Twitter.

Mi-décembre, Météo-France avait déjà jugé probable ce record, attendant encore les données du mois de décembre pour le confirmer. Malgré un début et une fin décembre "plutôt frais", le mois a finalement été en moyenne plutôt doux, ne permettant pas d'inverser la tendance.

2020 se classe ainsi en haut du podium devant 2018 et 2014, avec une série d'événements extrêmes ayant jalonné toute l'année, des tempêtes du début d'année aux épisodes de pluies exceptionnels de l'automne, en passant par deux épisodes de canicule pendant l'été.

Autre signe du réchauffement de la planète, sur les 120 années depuis que les moyennes nationales sont mesurées, neuf des dix les plus chaudes appartiennent au XXIe siècle et sept à la dernière décennie.

Ce réchauffement reflète fidèlement celui constaté à l'échelle planétaire, avec l'Organisation mondiale de la météo qui estime que 2020 devrait être l'une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées.

"Le rafraîchissement de cette fin d'année n'aura rien changé. C'est désormais officiel : avec une valeur moyenne sur l'ensemble du pays atteignant 14°C, la température de l'année 2020 est la plus élevée jamais enregistrée, devant 2018 (13,9°C)", a précisé cet organisme sur Twitter.Mi-décembre, Météo-France avait déjà jugé probable ce record, attendant encore les données du mois de décembre pour le confirmer. Malgré un début et une fin décembre "plutôt frais", le mois a finalement été en moyenne plutôt doux, ne permettant pas d'inverser la tendance.2020 se classe ainsi en haut du podium devant 2018 et 2014, avec une série d'événements extrêmes ayant jalonné toute l'année, des tempêtes du début d'année aux épisodes de pluies exceptionnels de l'automne, en passant par deux épisodes de canicule pendant l'été.Autre signe du réchauffement de la planète, sur les 120 années depuis que les moyennes nationales sont mesurées, neuf des dix les plus chaudes appartiennent au XXIe siècle et sept à la dernière décennie.Ce réchauffement reflète fidèlement celui constaté à l'échelle planétaire, avec l'Organisation mondiale de la météo qui estime que 2020 devrait être l'une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées.