Mardi, le personnel et les étudiants de l'Université de Liège étaient appelés à élire leur nouveau recteur. Aucun des trois candidats n'ayant dépassé la barre des 50%, un second tour sera organisé et opposera les deux candidats ayant récolté le plus de suffrages: Albert Corhay (actuel premier vice-recteur et professeur à HEC-ULg, qui avait été plébiscité à 42,7%) et Pierre Wolper (vice-recteur à la recherche et professeur à la faculté de sciences appliquées, qui avait reçu 25,15% des votes). Ce dernier vient d'annoncer qu'il s'allierait avec le troisième candidat initialement en lice, Jean Winand, doyen de la faculté de philosophie et lettres, qui avait obtenu 24,72% des voix. En cas de victoire, ce dernier serait premier vice-recteur et Pierre Wolper recteur. Les deux hommes affirment avoir des programmes très proches, notamment sur la manière d'aborder les difficultés financières auxquelles l'institution est confrontée. À eux deux, ils ont totalisé près de 50% des votes lors du premier tour et pourraient donc sérieusement concurrencer Albert Corhay, souvent cité comme favori. "Notre but n'est pas de bloquer quelqu'un mais de défendre une vision de l'université ouverte sur le monde", estime Pierre Wolper. Le second tour sera organisé le 5 mai. (Belga)

Mardi, le personnel et les étudiants de l'Université de Liège étaient appelés à élire leur nouveau recteur. Aucun des trois candidats n'ayant dépassé la barre des 50%, un second tour sera organisé et opposera les deux candidats ayant récolté le plus de suffrages: Albert Corhay (actuel premier vice-recteur et professeur à HEC-ULg, qui avait été plébiscité à 42,7%) et Pierre Wolper (vice-recteur à la recherche et professeur à la faculté de sciences appliquées, qui avait reçu 25,15% des votes). Ce dernier vient d'annoncer qu'il s'allierait avec le troisième candidat initialement en lice, Jean Winand, doyen de la faculté de philosophie et lettres, qui avait obtenu 24,72% des voix. En cas de victoire, ce dernier serait premier vice-recteur et Pierre Wolper recteur. Les deux hommes affirment avoir des programmes très proches, notamment sur la manière d'aborder les difficultés financières auxquelles l'institution est confrontée. À eux deux, ils ont totalisé près de 50% des votes lors du premier tour et pourraient donc sérieusement concurrencer Albert Corhay, souvent cité comme favori. "Notre but n'est pas de bloquer quelqu'un mais de défendre une vision de l'université ouverte sur le monde", estime Pierre Wolper. Le second tour sera organisé le 5 mai. (Belga)