Les deux travailleurs, respectivement domiciliés à Esneux et à Engis, ont été grièvement brûlés aux deuxième et troisième degrés; leur pronostic vital est engagé. L'un a été transporté au CHU de Liège et l'autre au centre des grands brûlés de l'IMTR de Loverval. En secourant ses collègues, un troisième travailleur de l'entreprise a été intoxiqué par les fumées dégagées après l'explosion. Il devrait néanmoins pouvoir quitter l'hôpital dans le courant de la journée. L'auditorat du travail de Huy a requis l'intervention d'un inspecteur contrôleur du SPF Economie dans l'usine engissoise. Celui-ci devra déterminer les causes de l'accident et vérifier ou exclure une quelconque responsabilité pénale de l'employeur. "Il y aurait eu un problème de fixation d'un tamis provoquant un jeu puis une étincelle lorsque le tamis a frotté une autre pièce métallique. Une explosion s'en est suivie", précise l'auditeur du travail de Huy, insistant sur le fait qu'il s'agit là d'une première hypothèse qui doit être vérifiée. Bien que l'accident soit survenu sur un site Seveso, il n'y a eu aucune conséquence pour la population locale. "Les services internes et les pompiers ont très rapidement circonscrit le sinistre. Le malheur est que des travailleurs ont été victimes de cet accident", commente le bourgmestre engissois qui s'est rendu sur les lieux durant la nuit. (PVO)

Les deux travailleurs, respectivement domiciliés à Esneux et à Engis, ont été grièvement brûlés aux deuxième et troisième degrés; leur pronostic vital est engagé. L'un a été transporté au CHU de Liège et l'autre au centre des grands brûlés de l'IMTR de Loverval. En secourant ses collègues, un troisième travailleur de l'entreprise a été intoxiqué par les fumées dégagées après l'explosion. Il devrait néanmoins pouvoir quitter l'hôpital dans le courant de la journée. L'auditorat du travail de Huy a requis l'intervention d'un inspecteur contrôleur du SPF Economie dans l'usine engissoise. Celui-ci devra déterminer les causes de l'accident et vérifier ou exclure une quelconque responsabilité pénale de l'employeur. "Il y aurait eu un problème de fixation d'un tamis provoquant un jeu puis une étincelle lorsque le tamis a frotté une autre pièce métallique. Une explosion s'en est suivie", précise l'auditeur du travail de Huy, insistant sur le fait qu'il s'agit là d'une première hypothèse qui doit être vérifiée. Bien que l'accident soit survenu sur un site Seveso, il n'y a eu aucune conséquence pour la population locale. "Les services internes et les pompiers ont très rapidement circonscrit le sinistre. Le malheur est que des travailleurs ont été victimes de cet accident", commente le bourgmestre engissois qui s'est rendu sur les lieux durant la nuit. (PVO)