Les travaux ont été interrompus mercredi soir alors que cinq partis semblaient sur la même longueur d'ondes. Seul l'Open Vld demandait encore des garanties supplémentaires. Personne ne parle de blocage. Tout est sur la table et on est très proche d'un accord depuis mardi. Toutefois, il n'a pas encore été possible d'atterir en raison d'un problème "symbolique" dans le chef d'un des partis, laissait-on entendre dans les milieux gouvernementaux. Une rencontre des vice-Premiers ministres Open Vld, CD&V et sp.a qui a eu lieu jeudi matin devraient aider à trouver une solution à cette situation. Interrogé jeudi en début d'après-midi à la Chambre par l'opposition, le Premier ministre Elio Di Rupo a rappelé que le gouvernement essaye d'éviter que les mesures qui pourraient être prises "viennent détériorer plus encore la croissance économique déjà beaucoup trop faible dans la zone euro et donc dans notre pays". "Nous veillons aussi à une juste répartition entre les économies supplémentaires à réaliser au niveau des autorités publiques et de la sécurité sociale et les recettes nécessaires. Cet exercice doit se faire en évitant d'entraver le fragile redressement de notre économie et de nos entreprises", a ajouté le Premier ministre. (PVO)

Les travaux ont été interrompus mercredi soir alors que cinq partis semblaient sur la même longueur d'ondes. Seul l'Open Vld demandait encore des garanties supplémentaires. Personne ne parle de blocage. Tout est sur la table et on est très proche d'un accord depuis mardi. Toutefois, il n'a pas encore été possible d'atterir en raison d'un problème "symbolique" dans le chef d'un des partis, laissait-on entendre dans les milieux gouvernementaux. Une rencontre des vice-Premiers ministres Open Vld, CD&V et sp.a qui a eu lieu jeudi matin devraient aider à trouver une solution à cette situation. Interrogé jeudi en début d'après-midi à la Chambre par l'opposition, le Premier ministre Elio Di Rupo a rappelé que le gouvernement essaye d'éviter que les mesures qui pourraient être prises "viennent détériorer plus encore la croissance économique déjà beaucoup trop faible dans la zone euro et donc dans notre pays". "Nous veillons aussi à une juste répartition entre les économies supplémentaires à réaliser au niveau des autorités publiques et de la sécurité sociale et les recettes nécessaires. Cet exercice doit se faire en évitant d'entraver le fragile redressement de notre économie et de nos entreprises", a ajouté le Premier ministre. (PVO)