Sept personnes physiques et deux sociétés sont impliquées dans cette affaire qui concerne des malversations présumées survenues lors des tractations visant l'implantation d'un vaste projet immobilier et commercial sur la commune de Farciennes. Patrick Moriau avait soutenu le projet des investisseurs italiens du "Gruppo Moro", servant d'intermédiaire entre les promoteurs et les pouvoirs politico-financiers. A la même époque, le "Gruppo Moro" avait versé des fonds pour un festival de musique de Chapelle-lez-Herlaimont, dont Patrick Moriau était le bourgmestre. Des faits similaires sont reprochés à Fabrice Minsart, qui aurait reçu un "sponsor" de la S.A. Citadella (devenue Cittaverde, ndlr) pour l'organisation de son bal annuel. Ce mercredi, la juge d'instruction a présenté son rapport avant que le parquet ne réclame le renvoi en correctionnelle des inculpés, malgré certaines demandes de non-lieu partiel. Pour rappel, la demande de levée d'immunité parlementaire de Patrick Morieau a été refusée. Dans la configuration actuelle des choses, il ne pourra donc être jugé. La défense plaidera le 19 juin. (Belga)

Sept personnes physiques et deux sociétés sont impliquées dans cette affaire qui concerne des malversations présumées survenues lors des tractations visant l'implantation d'un vaste projet immobilier et commercial sur la commune de Farciennes. Patrick Moriau avait soutenu le projet des investisseurs italiens du "Gruppo Moro", servant d'intermédiaire entre les promoteurs et les pouvoirs politico-financiers. A la même époque, le "Gruppo Moro" avait versé des fonds pour un festival de musique de Chapelle-lez-Herlaimont, dont Patrick Moriau était le bourgmestre. Des faits similaires sont reprochés à Fabrice Minsart, qui aurait reçu un "sponsor" de la S.A. Citadella (devenue Cittaverde, ndlr) pour l'organisation de son bal annuel. Ce mercredi, la juge d'instruction a présenté son rapport avant que le parquet ne réclame le renvoi en correctionnelle des inculpés, malgré certaines demandes de non-lieu partiel. Pour rappel, la demande de levée d'immunité parlementaire de Patrick Morieau a été refusée. Dans la configuration actuelle des choses, il ne pourra donc être jugé. La défense plaidera le 19 juin. (Belga)