"Ce sont des morceaux de chair humaine qui ont été retrouvés dans l'assiette", a dit à l'AFP le procureur, Chantal Firmigier-Michel, qui dirige l'enquête sur le crime commis le 15 novembre à Nouilhan (sudouest) par Jérémy Rimbaud, 26 ans, ancien caporal ayant effectué des missions en Afghanistan. L'homme a dit après son arrestation avoir "obéi à un message d'origine supérieure". Un examen psychiatrique indique qu'il était en plein "délire mystique". Les analyses ont corroboré jusqu'à maintenant les dires de Jérémy Rimbaud, aujourd'hui interné en pyschiatrie: le jeune homme a dit aux enquêteurs avoir prélevé et mangé, après les avoir fait cuire, le coeur et la langue du nonagénaire qu'il venait de tuer à coups d'outil métallique parce que des voix lui intimaient de le faire. Les enquêteurs ont effectivement retrouvé sur la table de la viande servie avec des haricots. L'autopsie a depuis confirmé qu'une partie du coeur du vieil homme de 90 ans avait été extraite de la cage thoracique et que la langue avait été sectionnée. Reste à vérifier que Jérémy Rimbaud a bien mangé la viande après l'avoir cuite. Les analyses ne permettent pas encore de le dire, mais il pourrait y avoir une trace de morsure sur la viande qui achèverait d'accréditer sa version des faits, a dit le procureur. (Belga)

"Ce sont des morceaux de chair humaine qui ont été retrouvés dans l'assiette", a dit à l'AFP le procureur, Chantal Firmigier-Michel, qui dirige l'enquête sur le crime commis le 15 novembre à Nouilhan (sudouest) par Jérémy Rimbaud, 26 ans, ancien caporal ayant effectué des missions en Afghanistan. L'homme a dit après son arrestation avoir "obéi à un message d'origine supérieure". Un examen psychiatrique indique qu'il était en plein "délire mystique". Les analyses ont corroboré jusqu'à maintenant les dires de Jérémy Rimbaud, aujourd'hui interné en pyschiatrie: le jeune homme a dit aux enquêteurs avoir prélevé et mangé, après les avoir fait cuire, le coeur et la langue du nonagénaire qu'il venait de tuer à coups d'outil métallique parce que des voix lui intimaient de le faire. Les enquêteurs ont effectivement retrouvé sur la table de la viande servie avec des haricots. L'autopsie a depuis confirmé qu'une partie du coeur du vieil homme de 90 ans avait été extraite de la cage thoracique et que la langue avait été sectionnée. Reste à vérifier que Jérémy Rimbaud a bien mangé la viande après l'avoir cuite. Les analyses ne permettent pas encore de le dire, mais il pourrait y avoir une trace de morsure sur la viande qui achèverait d'accréditer sa version des faits, a dit le procureur. (Belga)