Contraint à la rigueur, le gouvernement de la Fédération a évoqué en juillet dernier son intention de geler le versement de la dernière tranche prévue par l'accord de la Saint-Boniface. Conclu en 2001, celui-ci prévoit de relever progressivement le soutien public à l'enseignement subventionné (libre, communal et provincial) afin de porter ses allocations de fonctionnement à 75% des dotations dont bénéficie le réseau d'enseignement organisé par la Communauté française. Mais pour néanmoins respecter l'objectif de 75%, le gouvernement envisagerait dans la foulée de réduire son soutien au réseau de la Communauté. Une mesure qui permettrait d'économiser 36 millions d'euros par an en vitesse de croisière. De nouvelles estimations, de nouveaux calculs voire de nouveaux paramètres ont permis de réduire ce montant de moitié, selon le quotidien. La semaine passée, 200 militants de la CGSP ont manifesté devant le siège du gouvernement de la Fédération pour dénoncer ces mesures d'économies envisagées sur les frais de fonctionnement des écoles du réseau ex-Etat. Le cabinet de la ministre de l'Enseignement, Marie-Martine Schyns, leur a assuré qu'il n'y aurait aucune perte d'emploi. Les ministres du gouvernement Demotte se retrouveront jeudi pour poursuivre leurs travaux budgétaires. (Belga)

Contraint à la rigueur, le gouvernement de la Fédération a évoqué en juillet dernier son intention de geler le versement de la dernière tranche prévue par l'accord de la Saint-Boniface. Conclu en 2001, celui-ci prévoit de relever progressivement le soutien public à l'enseignement subventionné (libre, communal et provincial) afin de porter ses allocations de fonctionnement à 75% des dotations dont bénéficie le réseau d'enseignement organisé par la Communauté française. Mais pour néanmoins respecter l'objectif de 75%, le gouvernement envisagerait dans la foulée de réduire son soutien au réseau de la Communauté. Une mesure qui permettrait d'économiser 36 millions d'euros par an en vitesse de croisière. De nouvelles estimations, de nouveaux calculs voire de nouveaux paramètres ont permis de réduire ce montant de moitié, selon le quotidien. La semaine passée, 200 militants de la CGSP ont manifesté devant le siège du gouvernement de la Fédération pour dénoncer ces mesures d'économies envisagées sur les frais de fonctionnement des écoles du réseau ex-Etat. Le cabinet de la ministre de l'Enseignement, Marie-Martine Schyns, leur a assuré qu'il n'y aurait aucune perte d'emploi. Les ministres du gouvernement Demotte se retrouveront jeudi pour poursuivre leurs travaux budgétaires. (Belga)