La journée de lundi a été une nouvelle fois consacrée à l'examen des économies dans les dépenses primaires (départements). Il a par ailleurs été question ces dernières heures de l'opportunité de réaliser un saut d'index en 2013, que les libéraux et le CD&V suggèrent d'aborder lors des négociations. Il est notamment question d'un saut d'index dont seraient exonérés les revenus les plus faibles, une mesure qui pourrait rapporter 500 millions d'euros. Les syndicats ont dénoncé une telle initiative, assurant que si les négociateurs budgétaires devaient aller dans ce sens, ils boycotteraient les négociations relatives à l'accord interprofessionnel et rompraient le dialogue avec le gouvernement. L'idée d'un saut d'index a cependant été rejetée avec force dans les rangs socialistes au sein desquels on se refuse à envisager l'austérité et à mener une relance sur le dos des travailleurs. Certains font observer qu'un saut d'index représenterait près de 800 millions d'euros d'économies sur le dos des pensionnés et 40 millions d'euros d'économies sur le dos des personnes handicapées. (OCH)

La journée de lundi a été une nouvelle fois consacrée à l'examen des économies dans les dépenses primaires (départements). Il a par ailleurs été question ces dernières heures de l'opportunité de réaliser un saut d'index en 2013, que les libéraux et le CD&V suggèrent d'aborder lors des négociations. Il est notamment question d'un saut d'index dont seraient exonérés les revenus les plus faibles, une mesure qui pourrait rapporter 500 millions d'euros. Les syndicats ont dénoncé une telle initiative, assurant que si les négociateurs budgétaires devaient aller dans ce sens, ils boycotteraient les négociations relatives à l'accord interprofessionnel et rompraient le dialogue avec le gouvernement. L'idée d'un saut d'index a cependant été rejetée avec force dans les rangs socialistes au sein desquels on se refuse à envisager l'austérité et à mener une relance sur le dos des travailleurs. Certains font observer qu'un saut d'index représenterait près de 800 millions d'euros d'économies sur le dos des pensionnés et 40 millions d'euros d'économies sur le dos des personnes handicapées. (OCH)