On a donc assisté ce mercredi au dernier Conseil national de sécurité avant septembre. Une série d'annonces attendues ont été confirmées: réouverture des théâtres, piscines, parcs d'attractions, casinos etc. La bulle de contacts sera élargie de 10 à 15 personnes. Les manifestations sont désormais permises avec un public de 400 personnes en extérieur, 200 en intérieur. Un passage en phase 4, logique vu le recul de la pandémie dans notre pays.

Petite ombre au tableau, qui continuera à distiller le doute dans l'esprit de la population: les masques encore et toujours. Distribués par les communes ou faits maison, lavables à 30 ou 60°, réutilisables ou jetables, ils sont tous finalement fort peu portés. Trop peu, selon certains experts qui plaidaient pour que la recommandation devienne une obligation. "Il n'en sera rien sauf si...", a tranché le politique. "Risqué", ont rétorqué les experts. Dommage, dirions-nous de ne pas avoir parlé d'une voix unanime.

Du neuf aussi du côté des écoles. La rentrée de septembre se profile et fait la part belle au présentiel: 100% des élèves 5 jours par semaine pour les maternelles et les primaires, 100% des élèves et 4 jours par semaine pour les secondaires. Un scénario qui évoluera en fonction de la situation sanitaire évidemment et de l'apparition éventuelle de clusters d'infections. Et cela grâce au testing et au tracing. Enfin si d'ici septembre, on réussit à mettre en place ce fameux suivi des contacts. Et ça c'est plus qu'une petite ombre au tableau.

On a donc assisté ce mercredi au dernier Conseil national de sécurité avant septembre. Une série d'annonces attendues ont été confirmées: réouverture des théâtres, piscines, parcs d'attractions, casinos etc. La bulle de contacts sera élargie de 10 à 15 personnes. Les manifestations sont désormais permises avec un public de 400 personnes en extérieur, 200 en intérieur. Un passage en phase 4, logique vu le recul de la pandémie dans notre pays.Petite ombre au tableau, qui continuera à distiller le doute dans l'esprit de la population: les masques encore et toujours. Distribués par les communes ou faits maison, lavables à 30 ou 60°, réutilisables ou jetables, ils sont tous finalement fort peu portés. Trop peu, selon certains experts qui plaidaient pour que la recommandation devienne une obligation. "Il n'en sera rien sauf si...", a tranché le politique. "Risqué", ont rétorqué les experts. Dommage, dirions-nous de ne pas avoir parlé d'une voix unanime.Du neuf aussi du côté des écoles. La rentrée de septembre se profile et fait la part belle au présentiel: 100% des élèves 5 jours par semaine pour les maternelles et les primaires, 100% des élèves et 4 jours par semaine pour les secondaires. Un scénario qui évoluera en fonction de la situation sanitaire évidemment et de l'apparition éventuelle de clusters d'infections. Et cela grâce au testing et au tracing. Enfin si d'ici septembre, on réussit à mettre en place ce fameux suivi des contacts. Et ça c'est plus qu'une petite ombre au tableau.