Depuis le 1er janvier, la capitale a généralisé une vitesse limitée à 30 km/h sur son réseau routier, sauf exceptions. Une mesure qui a permis, d'après Bruxelles Mobilité, de réduire d'un quart le nombre de blessés graves et de morts sur les routes bruxelloises.

Pour arriver à ce constat, Bruxelles Mobilité a comparé les chiffres du premier semestre 2021 avec la moyenne établie pour les années 2016 à 2020. En effet, une comparaison directe avec l'année 2020 étant impossible puisque cette dernière a connu un confinement strict.

Nombre d'accidents et de blessés à la baisse

Premier constat, le nombre d'accidents de la route est en baisse par rapport à la moyenne sur les cinq dernières années. Au premier semestre, 1550 accidents de la route se sont produits à Bruxelles, soit 20 % de moins que la moyenne sur les cinq dernières années. Si on s'intéresse aux accidents graves, ils ont encore plus baissé. D'après les chiffres avancés, le nombre de morts et de blessés graves sur les routes a chuté de 25 %.

Bruxelles Mobilité
© Bruxelles Mobilité

Une réussite que l'on doit à l'initiative Zone 30 d'après Bruxelles Mobilité, "Les conséquences d'un accident, avec une voiture qui roule à 30 km/h par rapport à une voiture qui roule à 50 km/h sont bien moindres" avance la porte-parole.

Cependant, ces conclusions restent tout de même à relativiser comme l'avance l'institut de sécurité routière Vias. Bien que 2021 n'ait pas été marqué par un confinement strict comme a pu l'être le printemps 2020, les mesures sanitaires ont tout de même eu un impact. Avec la fermeture temporaire des magasins, des vacances de printemps prolongées d'une semaine ou bien le télétravail encore très pratiqué, les routes comptent moins d'usagers qu'avant la période Covid. Pour autant, il ne s'agit pas pour Vias de remettre en cause l'efficacité de la mesure Zone 30. "On constate que dans d'autres villes qui sont passées à 30 km/h, comme Grenoble en France, les estimations faites confirment une tendance positive. Sans tirer un bilan définitif des chiffres avancés, on peut tout de même dire que ces chiffres paraissent plausibles au vu des résultats dans d'autres villes 30 km/h" analyse Benoît Godart, porte-parole de Vias.

Augmentation des cyclistes blessés

Seule ombre au tableau qui ressort des chiffres avancés par Bruxelles Mobilité, l'augmentation du nombre de cyclistes blessés. Ils représentent 31 % des usagers blessés depuis le début de l'année contre 18 % sur les cinq dernières années. Un chiffre qui doit tout de même être relativisé, lui aussi, au regard de l'explosion du nombre de nouveaux cyclistes ces deux dernières années à Bruxelles. Du côté de Bruxelles Mobilité et Vias, on est optimiste quant à la baisse de ce chiffre dans les années futures. Depuis le confinement, le développement des infrastructures réservées aux vélos, comme les pistes cyclables, augmente.

Une baisse des nuisances sonores

Passer de 50 km/h à 30 km/h a aussi permis de réduire de moitié les nuisances sonores dues au trafic routier, soit entre 2,5 et 3.9 dB(A) selon le type de revêtement, note Bruxelles Mobilité.

"Le bruit, majoritairement lié au transport routier, a un impact important sur notre santé", a commenté le ministre régional de l'Environnement, Alain Maron, cité par Bruxelles Mobilité. "Apaiser le trafic est un élément-clé pour améliorer la qualité de vie des habitants et la zone 30 est un important levier pour y arriver."

S'il s'agit encore d'une évaluation intermédiaire, "au cours d'une période particulière", "la Ville 30 porte ses fruits, on commence à le voir", s'est félicitée la ministre bruxelloise de la Mobilité et de la Sécurité routière, Elke Van den Brandt, qui précise qu'il y aura encore "beaucoup de travail dans les prochains mois et années".

Depuis le 1er janvier, la capitale a généralisé une vitesse limitée à 30 km/h sur son réseau routier, sauf exceptions. Une mesure qui a permis, d'après Bruxelles Mobilité, de réduire d'un quart le nombre de blessés graves et de morts sur les routes bruxelloises. Pour arriver à ce constat, Bruxelles Mobilité a comparé les chiffres du premier semestre 2021 avec la moyenne établie pour les années 2016 à 2020. En effet, une comparaison directe avec l'année 2020 étant impossible puisque cette dernière a connu un confinement strict. Nombre d'accidents et de blessés à la baissePremier constat, le nombre d'accidents de la route est en baisse par rapport à la moyenne sur les cinq dernières années. Au premier semestre, 1550 accidents de la route se sont produits à Bruxelles, soit 20 % de moins que la moyenne sur les cinq dernières années. Si on s'intéresse aux accidents graves, ils ont encore plus baissé. D'après les chiffres avancés, le nombre de morts et de blessés graves sur les routes a chuté de 25 %. Une réussite que l'on doit à l'initiative Zone 30 d'après Bruxelles Mobilité, "Les conséquences d'un accident, avec une voiture qui roule à 30 km/h par rapport à une voiture qui roule à 50 km/h sont bien moindres" avance la porte-parole. Cependant, ces conclusions restent tout de même à relativiser comme l'avance l'institut de sécurité routière Vias. Bien que 2021 n'ait pas été marqué par un confinement strict comme a pu l'être le printemps 2020, les mesures sanitaires ont tout de même eu un impact. Avec la fermeture temporaire des magasins, des vacances de printemps prolongées d'une semaine ou bien le télétravail encore très pratiqué, les routes comptent moins d'usagers qu'avant la période Covid. Pour autant, il ne s'agit pas pour Vias de remettre en cause l'efficacité de la mesure Zone 30. "On constate que dans d'autres villes qui sont passées à 30 km/h, comme Grenoble en France, les estimations faites confirment une tendance positive. Sans tirer un bilan définitif des chiffres avancés, on peut tout de même dire que ces chiffres paraissent plausibles au vu des résultats dans d'autres villes 30 km/h" analyse Benoît Godart, porte-parole de Vias. Augmentation des cyclistes blessésSeule ombre au tableau qui ressort des chiffres avancés par Bruxelles Mobilité, l'augmentation du nombre de cyclistes blessés. Ils représentent 31 % des usagers blessés depuis le début de l'année contre 18 % sur les cinq dernières années. Un chiffre qui doit tout de même être relativisé, lui aussi, au regard de l'explosion du nombre de nouveaux cyclistes ces deux dernières années à Bruxelles. Du côté de Bruxelles Mobilité et Vias, on est optimiste quant à la baisse de ce chiffre dans les années futures. Depuis le confinement, le développement des infrastructures réservées aux vélos, comme les pistes cyclables, augmente.Une baisse des nuisances sonoresPasser de 50 km/h à 30 km/h a aussi permis de réduire de moitié les nuisances sonores dues au trafic routier, soit entre 2,5 et 3.9 dB(A) selon le type de revêtement, note Bruxelles Mobilité."Le bruit, majoritairement lié au transport routier, a un impact important sur notre santé", a commenté le ministre régional de l'Environnement, Alain Maron, cité par Bruxelles Mobilité. "Apaiser le trafic est un élément-clé pour améliorer la qualité de vie des habitants et la zone 30 est un important levier pour y arriver."S'il s'agit encore d'une évaluation intermédiaire, "au cours d'une période particulière", "la Ville 30 porte ses fruits, on commence à le voir", s'est félicitée la ministre bruxelloise de la Mobilité et de la Sécurité routière, Elke Van den Brandt, qui précise qu'il y aura encore "beaucoup de travail dans les prochains mois et années".