Le pic des contaminations dans une semaine ?

"Tous les chiffres continuent d'augmenter, atteignant des niveaux que nous n'avions plus connu depuis la deuxième vague. Nous croyons que, après avoir passé ce cap, nous pourrions être dans une situation où le pire sera derrière nous : le printemps est en vue et la vaccination monte en puissance. Mais actuellement, le secteur des soins de santé compte sur notre aide pour que, dans les semaines qui viennent, les soins adéquats soit disponible pour tous", explique Yves Van Laethem, porte-parole de la lutte anti-Covid.

Si les chiffres continuent d'augmenter, "nous pouvons heureusement constater que le pourcentage d'augmenter tend à ralentir au cours des quatre derniers jours." Nous pourrions atteindre le pic des nouvelles contaminations d'ici une semaine, analyse-t-il.

La présence du variant britannique

Les augmentations se manifestent dans toutes les tranches d'âge, mais nettement moins chez les personnes âgées. La hausse la plus important s'observe toujours chez les enfants et les adolescents. La majorité des cas se trouvent chez les adolescents, suivis des trentenaires et des gens dans la quarantaine. La carte de la Belgique est toujours rouge, avec une augmentation un peu plus prononcée en Wallonie qu'en Flandre, et un peu moindre à Bruxelles.

Le type de souche qui atteint les Belges est essentiellement le variant britannique, qui représente 76%. Ce chiffre était de 69% la semaine dernière. Mais les deux autres variants présents sur notre territoire (sud-africain et brésilien) bougent peu (5-6% et 3%).

26% des patients hospitalisés en soins intensifs

Au niveau des hospitalisations, on pourrait dépasser la barre des 300 nouvelles admissions d'ici quelques jours. Le taux d'occupation des lits augmente toujours. Nous avons actuellement 651 lits occupés en soins intensifs, dont 60% par des patients qui ont besoin d'une ventilation artificielle. Aux soins intensifs, on a un doublement de l'occupation tous les 27 jours. Si on continue sur ce rythme, on atteindrait le seuil des 1000 lits occupés pour la mi-avril.

On constate aussi une augmentation plus prononcée des soins intensifs : 26% patients hospitalisés le sont en soins intensifs. C'est le cas dans tout le pays, même si l'occupation en soins intensifs est plus élevé à Bruxelles, dans le Hainaut et en Flandre orientale.

Situation toujours favorable pour les maisons de repos

Nos frôlons les 300.000 vaccinations par semaine, indique Yves Van Laethem. Cela concerne essentiellement la primo-vaccination. Le porte-parole en profite pour mettre en garde : "Même si vous êtes vacciné, vous devez continuer à respecter les mêmes mesures. Vous courrez peu de risque au niveau personnel, mais il n'est pas exclu que vous puissiez être porteur du virus et le transmettre." C'est le cas aussi pour les mesures d'isolement et de quarantaine en cas de contact à haut risque.

Dans les maisons de repos, la situation est calme et reste favorable. Il y a une très légère hausse d'infections en Wallonie, mais cela représente un petit nombre de cas et n'est pas significatif selon Van Laethem. Le taux d'hospitalisation des résidents de maisons de repos reste très faible, dans toutes les Régions. Ils ne représentent plus que 2% du total des hospitalisations pour Covid. Les décès sont également stables. Les résidents des maisons de repos représentent 9,4% des décès au total.

"Tous les chiffres continuent d'augmenter, atteignant des niveaux que nous n'avions plus connu depuis la deuxième vague. Nous croyons que, après avoir passé ce cap, nous pourrions être dans une situation où le pire sera derrière nous : le printemps est en vue et la vaccination monte en puissance. Mais actuellement, le secteur des soins de santé compte sur notre aide pour que, dans les semaines qui viennent, les soins adéquats soit disponible pour tous", explique Yves Van Laethem, porte-parole de la lutte anti-Covid. Si les chiffres continuent d'augmenter, "nous pouvons heureusement constater que le pourcentage d'augmenter tend à ralentir au cours des quatre derniers jours." Nous pourrions atteindre le pic des nouvelles contaminations d'ici une semaine, analyse-t-il. Les augmentations se manifestent dans toutes les tranches d'âge, mais nettement moins chez les personnes âgées. La hausse la plus important s'observe toujours chez les enfants et les adolescents. La majorité des cas se trouvent chez les adolescents, suivis des trentenaires et des gens dans la quarantaine. La carte de la Belgique est toujours rouge, avec une augmentation un peu plus prononcée en Wallonie qu'en Flandre, et un peu moindre à Bruxelles. Le type de souche qui atteint les Belges est essentiellement le variant britannique, qui représente 76%. Ce chiffre était de 69% la semaine dernière. Mais les deux autres variants présents sur notre territoire (sud-africain et brésilien) bougent peu (5-6% et 3%). Au niveau des hospitalisations, on pourrait dépasser la barre des 300 nouvelles admissions d'ici quelques jours. Le taux d'occupation des lits augmente toujours. Nous avons actuellement 651 lits occupés en soins intensifs, dont 60% par des patients qui ont besoin d'une ventilation artificielle. Aux soins intensifs, on a un doublement de l'occupation tous les 27 jours. Si on continue sur ce rythme, on atteindrait le seuil des 1000 lits occupés pour la mi-avril. On constate aussi une augmentation plus prononcée des soins intensifs : 26% patients hospitalisés le sont en soins intensifs. C'est le cas dans tout le pays, même si l'occupation en soins intensifs est plus élevé à Bruxelles, dans le Hainaut et en Flandre orientale. Nos frôlons les 300.000 vaccinations par semaine, indique Yves Van Laethem. Cela concerne essentiellement la primo-vaccination. Le porte-parole en profite pour mettre en garde : "Même si vous êtes vacciné, vous devez continuer à respecter les mêmes mesures. Vous courrez peu de risque au niveau personnel, mais il n'est pas exclu que vous puissiez être porteur du virus et le transmettre." C'est le cas aussi pour les mesures d'isolement et de quarantaine en cas de contact à haut risque.Dans les maisons de repos, la situation est calme et reste favorable. Il y a une très légère hausse d'infections en Wallonie, mais cela représente un petit nombre de cas et n'est pas significatif selon Van Laethem. Le taux d'hospitalisation des résidents de maisons de repos reste très faible, dans toutes les Régions. Ils ne représentent plus que 2% du total des hospitalisations pour Covid. Les décès sont également stables. Les résidents des maisons de repos représentent 9,4% des décès au total.