Être youtubeur s'impose de plus en plus comme une vraie voie professionnelle et non plus comme un simple hobby. La formation "Devenir Youtubeur pour soi ou son entreprise" développée par le média sur les jeunes entreprises Startup Vie et Bruxelles formation est lancée. Il s'agira plus précisément de création de contenu multimédia, c'est-à-dire vidéo, audio, streaming et digital marketing. Pour aider les chercheurs d'emploi à mieux comprendre le métier de youtubeur et les partenariats, la formation prévoit d'inviter les youtubeurs belges à succès Math se fait des films (1,58 million d'abonnés), ExVSK (523.000 abonnés), Silent Jill (385.000 abonnés) ou encore Valentin Verthé (474.000 abonnés). La formation s'étend sur 12 semaines à partir du 28 septembre prochain.

"L'idée n'est pas de former de futurs influenceurs"

Il s'agira bien de création de contenu vidéo à destination d'entreprises, comme l'explique Pauline Lorbat, porte-parole de Bernard Clayrfert, chargé de l'Emploi et de la Formation professionnelle de la Région de Bruxelles-Capitale, "l'idée n'est pas de former de futurs influenceurs, c'est vraiment de former des personnes pour qu'elles puissent soit se lancer comme freelance si elles le souhaitent soit qu'elles puissent intégrer un service communication ou marketing d'une entreprise". Le métier de youtubeur est donc une option, mais au-delà de celui-là il s'agit d'abord de celui de créateur de contenu vidéo que cette formation offre. Mais à quoi consiste vraiment le métier de youtubeur ? Il s'agit d'abord de création de vidéos sur un sujet qui passionne. Mais en plus de filmer le contenu, il faut l'éditer, le publier et faire en sorte qu'il fasse des vues pour attirer les abonnés et les partenariats, et donc les revenus.

Gagner sa vie en étant youtubeur ?

Les youtubeurs à succès l'ont montré, il est tout à fait possible de gagner sa vie avec la plateforme Youtube. Certains utilisent leurs vidéos comme revenu complémentaires et d'autres sont youtubeurs à plein temps. La plateforme compte plus de 2 milliards de visiteurs par mois et est l'un des réseaux sociaux les plus populaires et utilisés. Depuis 2009, Youtube permet à ses utilisateurs d'engendrer des bénéfices en faisant des vidéos, qu'il s'agisse de tutoriels, vidéos informatives, des vidéos qui abordent des sujets politiques, culturels, etc.

Cependant ce succès n'est pas donné à tout le monde et beaucoup échouent en essayant de se faire un nom, et de l'argent. Mettre à profit le contenu vidéo pour des entreprises peut être un moyen de pallier cet échec. En effet, il y a tout d'abord un besoin de la part des entreprises auquel la formation "Devenir Youtubeur pour soi ou son entreprise" répond.

Selon Pauline Lorbat, plus d'une cinquantaine d'entreprises ont déjà manifesté leur intérêt à accueillir un stagiaire, "et au-delà de ça si le stage se passe bien et que la personne correspond au profil recherché et à la culture de l'entreprise, les entreprises ont déjà manifesté leur intérêt d'engager par la suite". Les formateurs de StartUpVie étant tous les deux issus du secteur des start up, la majorité des entreprises intéressées sont d'abord des startup, cependant la porte parole assure que la demande va se diversifier : "mais demain je crois sincèrement que l'on va pouvoir élargir le secteur d'activité et je ne doute pas que tant des grosses entreprisesque des petites pme, comme le secteur public pourraient être aussi intéressés par ce type de profil."

Angèle Bilégué

Être youtubeur s'impose de plus en plus comme une vraie voie professionnelle et non plus comme un simple hobby. La formation "Devenir Youtubeur pour soi ou son entreprise" développée par le média sur les jeunes entreprises Startup Vie et Bruxelles formation est lancée. Il s'agira plus précisément de création de contenu multimédia, c'est-à-dire vidéo, audio, streaming et digital marketing. Pour aider les chercheurs d'emploi à mieux comprendre le métier de youtubeur et les partenariats, la formation prévoit d'inviter les youtubeurs belges à succès Math se fait des films (1,58 million d'abonnés), ExVSK (523.000 abonnés), Silent Jill (385.000 abonnés) ou encore Valentin Verthé (474.000 abonnés). La formation s'étend sur 12 semaines à partir du 28 septembre prochain."L'idée n'est pas de former de futurs influenceurs"Il s'agira bien de création de contenu vidéo à destination d'entreprises, comme l'explique Pauline Lorbat, porte-parole de Bernard Clayrfert, chargé de l'Emploi et de la Formation professionnelle de la Région de Bruxelles-Capitale, "l'idée n'est pas de former de futurs influenceurs, c'est vraiment de former des personnes pour qu'elles puissent soit se lancer comme freelance si elles le souhaitent soit qu'elles puissent intégrer un service communication ou marketing d'une entreprise". Le métier de youtubeur est donc une option, mais au-delà de celui-là il s'agit d'abord de celui de créateur de contenu vidéo que cette formation offre. Mais à quoi consiste vraiment le métier de youtubeur ? Il s'agit d'abord de création de vidéos sur un sujet qui passionne. Mais en plus de filmer le contenu, il faut l'éditer, le publier et faire en sorte qu'il fasse des vues pour attirer les abonnés et les partenariats, et donc les revenus. Gagner sa vie en étant youtubeur ? Les youtubeurs à succès l'ont montré, il est tout à fait possible de gagner sa vie avec la plateforme Youtube. Certains utilisent leurs vidéos comme revenu complémentaires et d'autres sont youtubeurs à plein temps. La plateforme compte plus de 2 milliards de visiteurs par mois et est l'un des réseaux sociaux les plus populaires et utilisés. Depuis 2009, Youtube permet à ses utilisateurs d'engendrer des bénéfices en faisant des vidéos, qu'il s'agisse de tutoriels, vidéos informatives, des vidéos qui abordent des sujets politiques, culturels, etc. Cependant ce succès n'est pas donné à tout le monde et beaucoup échouent en essayant de se faire un nom, et de l'argent. Mettre à profit le contenu vidéo pour des entreprises peut être un moyen de pallier cet échec. En effet, il y a tout d'abord un besoin de la part des entreprises auquel la formation "Devenir Youtubeur pour soi ou son entreprise" répond. Selon Pauline Lorbat, plus d'une cinquantaine d'entreprises ont déjà manifesté leur intérêt à accueillir un stagiaire, "et au-delà de ça si le stage se passe bien et que la personne correspond au profil recherché et à la culture de l'entreprise, les entreprises ont déjà manifesté leur intérêt d'engager par la suite". Les formateurs de StartUpVie étant tous les deux issus du secteur des start up, la majorité des entreprises intéressées sont d'abord des startup, cependant la porte parole assure que la demande va se diversifier : "mais demain je crois sincèrement que l'on va pouvoir élargir le secteur d'activité et je ne doute pas que tant des grosses entreprisesque des petites pme, comme le secteur public pourraient être aussi intéressés par ce type de profil."Angèle Bilégué