Le 18 septembre est officiellement la Journée mondiale du nettoyage. Le World Cleanup day est la plus grande initiative citoyenne au monde. 180 pays à travers le monde participent depuis 2018, on compte presque 60 000 millions de volontaires à travers les années. Le but est de collecter un maximum de déchets solides et de débris marins.

Un Belge produit, en moyenne, 500 kilos de déchets par an. Ce chiffre correspond à la moyenne européenne. Même si on recycle plus, ce nombre ne diminue pas.

L'action se concentre également sur les plages et le long des rivières. Rien que dans la Mer du Nord, 150 millions de déchets (pour la majorité des sacs en plastiques) flottent. Chaque année, 20 000 tonnes de déchets s'ajoutent. Comme il est impossible de nettoyer la mer, il faut commencer par la côte.

En 2020, l'événement a réuni plus de 60 000 personnes. Pour cette 4ème édition, 100 000 bénévoles sont attendus au total.

Une édition marquée par les inondations

Les crues exceptionnelles de juillet, qui ont causés la mort de 41 personnes, ont également causé beaucoup de dommages matériels. La Wallonie est face à un flux de déchets sans précédents. 155 000 tonnes de ces déchets sont stockées sur une bretelle d'autoroute sur 8 kilomètres de long ; ils sont en attentes d'êtres triés et pris en charge.

Pour ceux qui n'ont pas été collectés, beaucoup se trouvent aux abords des cours d'eau. C'est pour cela que les actions du week-end prochain en Wallonie se focaliseront sur ces zones.

Le World Cleanup Day fonctionne et grandit chaque année grâce aux organisateurs locaux. En effet, tout le monde peut participer et organiser un évènement. Il suffit de disposer d'un lieu de départ, du matériel de nettoyage et d'un endroit où déposer les déchets. Bien souvent, ces actions se font en partenariat avec le service propreté des communes.

https://worldcleanupday.be/fr/home-fr/

Lola Buscemi

Le 18 septembre est officiellement la Journée mondiale du nettoyage. Le World Cleanup day est la plus grande initiative citoyenne au monde. 180 pays à travers le monde participent depuis 2018, on compte presque 60 000 millions de volontaires à travers les années. Le but est de collecter un maximum de déchets solides et de débris marins. Un Belge produit, en moyenne, 500 kilos de déchets par an. Ce chiffre correspond à la moyenne européenne. Même si on recycle plus, ce nombre ne diminue pas.L'action se concentre également sur les plages et le long des rivières. Rien que dans la Mer du Nord, 150 millions de déchets (pour la majorité des sacs en plastiques) flottent. Chaque année, 20 000 tonnes de déchets s'ajoutent. Comme il est impossible de nettoyer la mer, il faut commencer par la côte. En 2020, l'événement a réuni plus de 60 000 personnes. Pour cette 4ème édition, 100 000 bénévoles sont attendus au total. Une édition marquée par les inondations Les crues exceptionnelles de juillet, qui ont causés la mort de 41 personnes, ont également causé beaucoup de dommages matériels. La Wallonie est face à un flux de déchets sans précédents. 155 000 tonnes de ces déchets sont stockées sur une bretelle d'autoroute sur 8 kilomètres de long ; ils sont en attentes d'êtres triés et pris en charge. Pour ceux qui n'ont pas été collectés, beaucoup se trouvent aux abords des cours d'eau. C'est pour cela que les actions du week-end prochain en Wallonie se focaliseront sur ces zones.Le World Cleanup Day fonctionne et grandit chaque année grâce aux organisateurs locaux. En effet, tout le monde peut participer et organiser un évènement. Il suffit de disposer d'un lieu de départ, du matériel de nettoyage et d'un endroit où déposer les déchets. Bien souvent, ces actions se font en partenariat avec le service propreté des communes.https://worldcleanupday.be/fr/home-fr/Lola Buscemi