L'image est inédite. Le gouvernement Wilmès II a prêté serment ce mardi matin devant le roi Philippe en respectant les règles de distanciation sociale désormais d'usage pour lutter contre le coronavirus.

La mesure n'est pas que symbolique. Trois ministres flamand et wallon, Hilde Crevits (CD&V) et Céline Tellier (Ecolo) et Bart Somers (Open VLD), se sont mis spontanément en quarantaine. En Pologne, c'est tout le gouvernement qui est dans ce cas après la découverte d'un cas.

Une polémique avait eu lieu après la diffusion d'un selfie montrant des ministres rapprochés, lors des négociations gouvernementales de ce week-end. Gwendolyn Rutten, présidente de l'Open VLD, s'était excusée.

A la Chambre aussi, le débat sur la confiance au "nouveau" gouvernement aura lieu dans des circonstances particulières: seuls les chefs de groupe et les vice-Premiers ministres y assisteront, annonce Le Soir.

Theo Francken (N-VA) a quant à lui dit spontaménement tout le mal qu'il pensait de ce gouvernement qui arrive, selon ses propres termes, "comme un voleur dans la nuit".

Cela est même devenu une campagne virale poussée par les nationalistes flamands.

L'image est inédite. Le gouvernement Wilmès II a prêté serment ce mardi matin devant le roi Philippe en respectant les règles de distanciation sociale désormais d'usage pour lutter contre le coronavirus.La mesure n'est pas que symbolique. Trois ministres flamand et wallon, Hilde Crevits (CD&V) et Céline Tellier (Ecolo) et Bart Somers (Open VLD), se sont mis spontanément en quarantaine. En Pologne, c'est tout le gouvernement qui est dans ce cas après la découverte d'un cas.Une polémique avait eu lieu après la diffusion d'un selfie montrant des ministres rapprochés, lors des négociations gouvernementales de ce week-end. Gwendolyn Rutten, présidente de l'Open VLD, s'était excusée.A la Chambre aussi, le débat sur la confiance au "nouveau" gouvernement aura lieu dans des circonstances particulières: seuls les chefs de groupe et les vice-Premiers ministres y assisteront, annonce Le Soir.Theo Francken (N-VA) a quant à lui dit spontaménement tout le mal qu'il pensait de ce gouvernement qui arrive, selon ses propres termes, "comme un voleur dans la nuit".Cela est même devenu une campagne virale poussée par les nationalistes flamands.