Le Bois de La Cambre, à Bruxelles, est devenu un des hauts lieux de la protestation contre la façon dont la crise du coronavirus est gérée par les autorités. Les Boum 1 et 2 ont déjà donné lieu à des scènes une confrontation musclée avec les forces de l'ordre.
...

Le Bois de La Cambre, à Bruxelles, est devenu un des hauts lieux de la protestation contre la façon dont la crise du coronavirus est gérée par les autorités. Les Boum 1 et 2 ont déjà donné lieu à des scènes une confrontation musclée avec les forces de l'ordre. Ce samedi 29 mai, deux fêtes - manifestations sont au programme: une Boum 3 et une "manifestation européenne pour la liberté et la démocratie". Après les deux "éditions" précédente, la Boum 3 ne semble pas faire recette: seules quelques centaines de personnes se disent intéressées. La réouverture des terrasses et le "plan plein air" ont peut-être joué un rôle.Par contre la "European Demonstration for Freedom and Democracy", organisée à l'initiative de la plateforme "European United", a déjà réuni pas moins de trente mille sympathisants sur Facebook. Son mot d'ordre: "Le pire virus que nous avons importé de Chine n'est pas la maladie, mais le totalitarisme". Europ of Freedom and Democracy, c'était aussi le nom... d'un groupe réunissant des partis d'extrême droite au parlement européen. Willem Engel et Jeroen Pols, deux "coronasceptiques" néerlandais, ont été annoncés comme intervenants de l'événement.Cette manifestation voit sa popularité croître aussi en lien avec le débat sur la liberté d'expression qui monte en Flandre, suite à la cavale de Jürgen Conings, qui menace notamment le virologue Marc Van Ranst. Sur les groupes Telegram de soutien au militaire d'extrême droite, des appels à venir manifester ont été relayés.Sigrig Goethaels, députée N-VA, se demande déjà si l'on "assistera à un traitement différent par les forces de l'ordre selon le type de manifestation".Les autorités ont décidé d'interdire ces deux événements du Bois de La Cambre, mais c'était déjà le cas pour les deux rassemblements précédents et le risque reste réel que de nouveau rassemblements se fassent pour défier les autorités.Par contre, un rassemblement statique organisé par les représentants de "La Santé en Lutte" est annoncée à 15h au Mont des Arts et a bel et bien reçu l'autorisation de la Ville de Bruxelles. Cette association entend dénoncer le manque de respect à l'égard du personnel soignant. Ce rendez-vous, par contre, devrait se faire en respectant des protocoles Covid. Quelques trois mille personnes sont attendues, selon les organisateurs.La police de Bruxelles attend des renforts car pas moins de neuf manifestations sont annoncées dans la ville ce week-end, dont des rassemblements de soutien aux Kurdes, aux Palestiniens et aux Ouïghours. le reflet des convulsions du monde.