La circulaire se base sur l'avis des experts du GEMS de la semaine passée, mais établit son propre critère: les assouplissements peuvent être introduits dès que le taux de vaccination des résidents atteint 80%, en tenant compte d'un délai de 10 jours après administration de la seconde dose du vaccin, communique la ministre. L'avis des experts préconisait quant à lui 90% de vaccinés parmi les résidents.

Les activités, individuelles ou collectives, peuvent alors reprendre au sein de l'établissement, ainsi que les repas en salle commune (sauf pour ceux qui sont malades), du moment que l'on garde trace de la place où chacun s'assied. Deux visiteurs sont autorisés par résident, qui peuvent changer tous les 15 jours et peuvent être des "contacts étroits" (avec contact physique), mais les visites sont consignées dans un registre.

Courses et sorties sont autorisées pour les résidents, selon les mêmes règles que la population générale, mais un résident ayant passé plus de deux jours hors de l'établissement "sera considéré et testé" à son retour "comme un contact à 'haut risque' (J0 et J7) et isolé pendant 10 jours". On peut désormais "entrevoir le début d'un retour à une vie normale, plus libre et plus heureuse pour chacun", se réjouit la ministre dimanche.

Christie Morreale, belgaimage
Christie Morreale © belgaimage
La circulaire se base sur l'avis des experts du GEMS de la semaine passée, mais établit son propre critère: les assouplissements peuvent être introduits dès que le taux de vaccination des résidents atteint 80%, en tenant compte d'un délai de 10 jours après administration de la seconde dose du vaccin, communique la ministre. L'avis des experts préconisait quant à lui 90% de vaccinés parmi les résidents. Les activités, individuelles ou collectives, peuvent alors reprendre au sein de l'établissement, ainsi que les repas en salle commune (sauf pour ceux qui sont malades), du moment que l'on garde trace de la place où chacun s'assied. Deux visiteurs sont autorisés par résident, qui peuvent changer tous les 15 jours et peuvent être des "contacts étroits" (avec contact physique), mais les visites sont consignées dans un registre. Courses et sorties sont autorisées pour les résidents, selon les mêmes règles que la population générale, mais un résident ayant passé plus de deux jours hors de l'établissement "sera considéré et testé" à son retour "comme un contact à 'haut risque' (J0 et J7) et isolé pendant 10 jours". On peut désormais "entrevoir le début d'un retour à une vie normale, plus libre et plus heureuse pour chacun", se réjouit la ministre dimanche.