Le ministre bruxellois de la Mobilité, Pascal Smet (SP.A), le reconnaît : " L'obstacle majeur restera probablement le coût. " Un bus électrique, dit-il, coûte ...

Le ministre bruxellois de la Mobilité, Pascal Smet (SP.A), le reconnaît : " L'obstacle majeur restera probablement le coût. " Un bus électrique, dit-il, coûte un peu moins du double d'un bus ordinaire. Les batteries doivent de temps à autre être remplacées et le réseau électrique des dépôts doit être renforcé. Bruxelles, argumente Pascal Smet, compte un grand nombre de sous-stations électriques, " un avantage comparé à d'autres villes ". D'après un premier calcul ministériel, l'achat des bus électriques et l'agrandissement nécessaire des dépôts coûterait néanmoins au minimum un milliard d'euros. A l'usage, tempère-t-il, ces bus coûteraient moins cher, puisqu'il ne faudrait plus acheter de diesel. Mais tout cela est encore à l'étude. Et sera l'affaire du prochain gouvernement. M. La.