La ministre de la Justice se retrouve dans le collimateur de la figure de proue du VB, Filip Dewinter, auprès duquel Bart De Bie était attaché. "Soit elle ment, soit elle n'est pas au courant. Dans les deux cas, c'est problématique", a-t-il dit.

Au-delà des moyens juridiques qu'il envisage de prendre, le sénateur VB entend placer le débat sur la scène politique. "Utiliser la Sûreté comme un service de renseignement politique, selon le régime en place, cela va beaucoup trop loin. Qui plus est, l'objectif, ici, était clairement de déstabiliser un parti ou un homme politique", a-t-il souligné.

M. Dewinter exige de pouvoir examiner son dossier à la Sûreté. Il demande également que la Sûreté fasse étalage de ses méthodes et qu'on fasse savoir si d'autres taupes ont infiltré le Belang.

Bart De Bie a indiqué lundi aux quotidiens 'De Standaard' et 'Het Nieuwsblad' avoir été une "taupe" au sein du Vlaams Belang durant trois ans, une information qui n'a pas été commentée officiellement.

La ministre de la Justice se retrouve dans le collimateur de la figure de proue du VB, Filip Dewinter, auprès duquel Bart De Bie était attaché. "Soit elle ment, soit elle n'est pas au courant. Dans les deux cas, c'est problématique", a-t-il dit. Au-delà des moyens juridiques qu'il envisage de prendre, le sénateur VB entend placer le débat sur la scène politique. "Utiliser la Sûreté comme un service de renseignement politique, selon le régime en place, cela va beaucoup trop loin. Qui plus est, l'objectif, ici, était clairement de déstabiliser un parti ou un homme politique", a-t-il souligné. M. Dewinter exige de pouvoir examiner son dossier à la Sûreté. Il demande également que la Sûreté fasse étalage de ses méthodes et qu'on fasse savoir si d'autres taupes ont infiltré le Belang. Bart De Bie a indiqué lundi aux quotidiens 'De Standaard' et 'Het Nieuwsblad' avoir été une "taupe" au sein du Vlaams Belang durant trois ans, une information qui n'a pas été commentée officiellement.