L'aéroport de Bruxelles ajoute qu'il n'y a pas "de vols directs avec l'aéroport de Wuhan en Chine mais nous sommes reliés à d'autres destinations: Shenzhen, Pékin et Hong Kong".

Comme pour les cas précédents de virus à l'étranger, par exemple le SRAS, les autorités de l'aéroport rappellent qu'elles suivent les directives du Service public fédéral de la santé concernant le coronavirus.

L'université d'Anvers et la KUL n'autorisent plus leurs étudiants à rejoindre la Chine

Les universités d'Anvers et de Louvain (KUL) ont annoncé jeudi qu'elles n'autoriseraient plus leurs étudiants à rejoindre la Chine dans le cadre d'un stage, d'un Erasmus ou d'un projet de recherche. Ces mesures interviennent dans le contexte de la propagation du coronavirus en Chine. L'université de Gand a, par contre, confirmé qu'elle autorisait encore ses étudiants à s'y rendre.

A Anvers, seuls quelques étudiants sont concernés à court terme alors qu'ils devaient faire un stage dans un hôpital de Wuhan.

A l'université de Louvain, après une évaluation des risques, sept étudiants n'ont pas pu se rendre en Chine pour y étudier.

Les étudiants de l'université de Gand sont quant à eux toujours autorisés à s'y rendre. "Nous suivons de près les conseils du Service public fédéral des Affaires étrangères. Nous nous conformons à leurs recommandations", explique l'université.

Les trois universités ont aussi précisé qu'elles ne comptaient pas demander à leurs étudiants actuellement en Chine de rentrer mais elles leur ont envoyé plusieurs recommandations.

L'aéroport de Bruxelles ajoute qu'il n'y a pas "de vols directs avec l'aéroport de Wuhan en Chine mais nous sommes reliés à d'autres destinations: Shenzhen, Pékin et Hong Kong". Comme pour les cas précédents de virus à l'étranger, par exemple le SRAS, les autorités de l'aéroport rappellent qu'elles suivent les directives du Service public fédéral de la santé concernant le coronavirus.Les universités d'Anvers et de Louvain (KUL) ont annoncé jeudi qu'elles n'autoriseraient plus leurs étudiants à rejoindre la Chine dans le cadre d'un stage, d'un Erasmus ou d'un projet de recherche. Ces mesures interviennent dans le contexte de la propagation du coronavirus en Chine. L'université de Gand a, par contre, confirmé qu'elle autorisait encore ses étudiants à s'y rendre.A Anvers, seuls quelques étudiants sont concernés à court terme alors qu'ils devaient faire un stage dans un hôpital de Wuhan. A l'université de Louvain, après une évaluation des risques, sept étudiants n'ont pas pu se rendre en Chine pour y étudier. Les étudiants de l'université de Gand sont quant à eux toujours autorisés à s'y rendre. "Nous suivons de près les conseils du Service public fédéral des Affaires étrangères. Nous nous conformons à leurs recommandations", explique l'université. Les trois universités ont aussi précisé qu'elles ne comptaient pas demander à leurs étudiants actuellement en Chine de rentrer mais elles leur ont envoyé plusieurs recommandations.