Dans ce courrier, M. Sassoli condamne fermement l'usage de toute violence démesurée, notamment policière, et rappelle le privilège de l'immunité parlementaire, qui ne souffre pas de dérogation ni d'entrave.

Il demande à la cheffe du gouvernement belge de prendre les mesures immédiates et nécessaires, et dit attendre son retour.

C'est à l'ouverture de la séance plénière mercredi que l'eurodéputée Pierrette Herzberger-Fofana (Verts/ALE) a annoncé avoir porté plainte pour "des violences policières à tendance raciste" subies en sortant de la Gare du Nord à Bruxelles, alors qu'elle prenait des photos d'une intervention visant "deux jeunes noirs".

L'élue allemande de 71 ans, née au Mali, dit avoir été brutalisée par les policiers qui, dans un premier temps, n'ont pas cru qu'elle était députée du Parlement européen comme le prouvait son laissez-passer de l'institution. "Je ne peux m'empêcher de penser que la couleur de la peau de notre collègue n'est pas étrangère à ces brutalités", avait dénoncé le co-président du groupe des Verts/ALE, Philippe Lamberts. M. Sassoli s'était engagé à demander des explications aux autorités belges.

De son côté, la police de Bruxelles-Nord a dressé un procès-verbal pour outrage, notamment pour des faits d'insultes à agents, et une information judiciaire a été ouverte au parquet de Bruxelles. L'enquête devra déterminer s'il y a eu des brutalités policières illégitimes et s'il y a bien eu outrage.

Dans ce courrier, M. Sassoli condamne fermement l'usage de toute violence démesurée, notamment policière, et rappelle le privilège de l'immunité parlementaire, qui ne souffre pas de dérogation ni d'entrave. Il demande à la cheffe du gouvernement belge de prendre les mesures immédiates et nécessaires, et dit attendre son retour. C'est à l'ouverture de la séance plénière mercredi que l'eurodéputée Pierrette Herzberger-Fofana (Verts/ALE) a annoncé avoir porté plainte pour "des violences policières à tendance raciste" subies en sortant de la Gare du Nord à Bruxelles, alors qu'elle prenait des photos d'une intervention visant "deux jeunes noirs". L'élue allemande de 71 ans, née au Mali, dit avoir été brutalisée par les policiers qui, dans un premier temps, n'ont pas cru qu'elle était députée du Parlement européen comme le prouvait son laissez-passer de l'institution. "Je ne peux m'empêcher de penser que la couleur de la peau de notre collègue n'est pas étrangère à ces brutalités", avait dénoncé le co-président du groupe des Verts/ALE, Philippe Lamberts. M. Sassoli s'était engagé à demander des explications aux autorités belges. De son côté, la police de Bruxelles-Nord a dressé un procès-verbal pour outrage, notamment pour des faits d'insultes à agents, et une information judiciaire a été ouverte au parquet de Bruxelles. L'enquête devra déterminer s'il y a eu des brutalités policières illégitimes et s'il y a bien eu outrage.