Des sans-abri ont régulièrement dormi dans le tunnel en question. Ils y avaient même construit des cabanes en carton. Les membres du collectif ont enlevé les barrières et les ont placées contre le mur. "L'espace public est libéré", a clamé un manifestant. "Soit nous devenons une ville hostile à ces sans-abri, soit nous apportons des solutions."

Ces manifestants ont également dénoncé la mise en place de clôtures ou de bancs où les sans-abri ne peuvent plus dormir.