Les députés posent, à longueur de session, des questions d'actualité, orales ou écrites au gouvernement. Les réponses des ministres aux questions écrites sont publiées au "Bulletin des questions et réponses" de la Chambre. Une lecture régulière de ce BQR mène à un constat troublant: la plupart des réponses portant sur les statistiques linguistiques, criminelles et pénitentiai...

Les députés posent, à longueur de session, des questions d'actualité, orales ou écrites au gouvernement. Les réponses des ministres aux questions écrites sont publiées au "Bulletin des questions et réponses" de la Chambre. Une lecture régulière de ce BQR mène à un constat troublant: la plupart des réponses portant sur les statistiques linguistiques, criminelles et pénitentiaires, les informations médicales, relatives à l'asile, et autres questions "sensibles", n'y figurent pas. Le BQR précise: "La réponse à cette question a été transmise directement à l'honorable membre. Etant donné son caractère de pure documentation, il n'y a pas lieu de l'insérer au BQR mais elle peut être consultée au greffe de la Chambre des représentants." Voilà donc le grand public contraint de se déplacer jusqu'au Parlement pour recevoir les réponses à certaines questions délicates. Interrogée, la présidente de la Chambre, Eliane Tillieux (PS), nous précise que les questions écrites sont traitées via une banque de données qui alimente le site Web et génère le BQR. "Cette application comporte une limite. Des réponses contiennent parfois des tableaux dont la taille ne permet pas de les y insérer." La réponse est alors déposée au greffe. Selon la présidente, les questions écrites portant sur des statistiques ont augmenté, ces dernières années, avec, pour conséquence, un nombre croissant de dépôts au greffe. "Cette procédure ainsi que la mention précitée nécessitent d'être adaptées car tout citoyen peut demander copie de la réponse et la recevoir par courriel. J'ai demandé que la mention soit actualisée. En effet, toutes les réponses sont désormais adressées à la Chambre par e-mail. Un transfert est très simple. Il n'y a donc pas lieu de se déplacer au greffe. L'accès à de telles informations publiques me semble crucial pour les citoyens et je vous remercie d'avoir pointé cette situation."