"On va changer la loi (organique des services de renseignement et de sécurité, ndlr) le plus rapidement possible", a-t-il affirmé lors de l'émission C'est pas tous les jours dimanche sur la chaîne de télévision privée RTL-TVI, confirmant des propos tenus lors d'une interview publiée samedi par le journal 'La Libre Belgique'.

Selon M. Van Quickenborne, les agents de la Sûreté de l'Etat peuvent actuellement être actifs sous de fausses identités sur les réseaux sociaux. Mais leurs activités restent limitées. Ils ne peuvent pas, par exemple, +liker+ une publication suspecte.

"Or, si nous voulons que l'infiltration soit plus efficace, les agents doivent être plus libres dans leurs actions. Dans certains cas, ils doivent pouvoir commettre des infractions pour gagner la confiance d'auteurs potentiels d'actes terroristes", a ajouté le vice-Premier ministre libéral flamand à 'La Libre'.

"On va changer la loi (organique des services de renseignement et de sécurité, ndlr) le plus rapidement possible", a-t-il affirmé lors de l'émission C'est pas tous les jours dimanche sur la chaîne de télévision privée RTL-TVI, confirmant des propos tenus lors d'une interview publiée samedi par le journal 'La Libre Belgique'. Selon M. Van Quickenborne, les agents de la Sûreté de l'Etat peuvent actuellement être actifs sous de fausses identités sur les réseaux sociaux. Mais leurs activités restent limitées. Ils ne peuvent pas, par exemple, +liker+ une publication suspecte. "Or, si nous voulons que l'infiltration soit plus efficace, les agents doivent être plus libres dans leurs actions. Dans certains cas, ils doivent pouvoir commettre des infractions pour gagner la confiance d'auteurs potentiels d'actes terroristes", a ajouté le vice-Premier ministre libéral flamand à 'La Libre'.