M. Van Rompuy avait adressé cette demande à la suite des articles de presse parus à propos de cette note. L'opposition a réclamé vendredi matin d'y voir plus clair, estimant qu'il revenait également au parlement d'examiner ce document.

La Commission entamera vendredi quelques semaines intenses. Vendredi, elle commencera l'examen du budget 2017 ainsi que de la note de politique générale du ministre. Le 29 novembre, les représentants de la Commission européenne seront entendus et le 6 décembre, ce sera le tour de la Cour des comptes.

La discussion générale sur le budget et le projet de loi-programme commenceront ensuite, a expliqué le président qui a regretté le caractère tardif du dépôt des textes. Selon lui, la loi-programme ne contiendra pas la réforme de l'impôt des sociétés ou une taxation des plus-values. "Nous ne l'accepterions pas", a souligné M. Van Rompuy. Ces deux sujets ont sérieusement crispé les relations entre les partenaires de la majorité ces dernières semaines.

M. Van Rompuy avait adressé cette demande à la suite des articles de presse parus à propos de cette note. L'opposition a réclamé vendredi matin d'y voir plus clair, estimant qu'il revenait également au parlement d'examiner ce document.La Commission entamera vendredi quelques semaines intenses. Vendredi, elle commencera l'examen du budget 2017 ainsi que de la note de politique générale du ministre. Le 29 novembre, les représentants de la Commission européenne seront entendus et le 6 décembre, ce sera le tour de la Cour des comptes.La discussion générale sur le budget et le projet de loi-programme commenceront ensuite, a expliqué le président qui a regretté le caractère tardif du dépôt des textes. Selon lui, la loi-programme ne contiendra pas la réforme de l'impôt des sociétés ou une taxation des plus-values. "Nous ne l'accepterions pas", a souligné M. Van Rompuy. Ces deux sujets ont sérieusement crispé les relations entre les partenaires de la majorité ces dernières semaines.