Les débits de la Meuse restent inférieurs à ces trois dernières années mais se situent au-dessus de la courbe des débits de 1976. La situation est suivie de près, la baisse étant assez rapide. Les courbes sont également à la baisse pour les autres cours d'eau navigables. Pour les non navigables, des baisses sont aussi constatées et certains petits cours d'eau sont à sec. Tous les tronçons destinés au kayak en Wallonie sont fermés.

La pêche est par ailleurs interdite localement sur l'Ourthe à hauteur d'Esneux, à cause de la possible présence d'algues bleues.

Seize localités ont pris des arrêtés de police pour restreindre l'usage de l'eau. Il s'agit de Gouvy, Habay, Manhay, Stoumont, Theux, Tellin, Tenneville, Trois-Ponts, Libin, Bouillon, Vresse-sur-Semois, Rochefort, Beauraing, Vielsalm, Gesves et Ohey. De manière générale, depuis 15 jours, la consommation d'eau augmente de l'ordre de 20% et certaines communes sont alimentées par camion citerne, indique le communiqué publié à l'issue de la réunion.

Les volumes d'eau dans les barrages-réservoirs suivent aussi une tendance à la baisse "mais sans problème particulier". La situation est toutefois un peu préoccupante depuis deux semaines sur le barrage de Nisramont. Les réserves en eaux souterraines sont elles à la baisse de manière constante depuis mars. Dans le massif ardennais, les niveaux sont comparables à ceux de la mi-août 2017 et 2018.

Le Centre de crise indique encore que les 24 zones de baignade autorisées en Wallonie sont accessibles, tout en insistant la dangerosité de se baigner en dehors de celles-ci.

La sécheresse touche également les forêts, entraînant un risque d'incendie plus important, surtout au vu de l'affluence. La prudence est donc de mise. Le gouverneur de la province du Luxembourg a d'ailleurs pris un arrêté de police limitant les feux en plein air jusqu'au 31 août, tandis que Somme-Leuze, Rochefort et Houyet ont pris des ordonnances pour limiter ou interdire les feux de plein air.

Enfin, la situation au niveau agricole est suivie de près. La sécheresse touche principalement les prairies mais l'impact se fait également sentir sur les cultures de lin et de légumes.

"Même si des averses orageuses sont annoncées, elles ne modifieront pas de façon substantielle la situation de sécheresse. Des mesures complémentaires pourraient être activées par les autorités régionales selon l'évolution de la situation", avertit la cellule sécheresse. Les prévisions à 10 jours suggèrent une amélioration de l'indice sécheresse mais l'impact ne sera pas le même dans toutes les régions. Un nouveau point est prévu le 25 août.

Les débits de la Meuse restent inférieurs à ces trois dernières années mais se situent au-dessus de la courbe des débits de 1976. La situation est suivie de près, la baisse étant assez rapide. Les courbes sont également à la baisse pour les autres cours d'eau navigables. Pour les non navigables, des baisses sont aussi constatées et certains petits cours d'eau sont à sec. Tous les tronçons destinés au kayak en Wallonie sont fermés. La pêche est par ailleurs interdite localement sur l'Ourthe à hauteur d'Esneux, à cause de la possible présence d'algues bleues. Seize localités ont pris des arrêtés de police pour restreindre l'usage de l'eau. Il s'agit de Gouvy, Habay, Manhay, Stoumont, Theux, Tellin, Tenneville, Trois-Ponts, Libin, Bouillon, Vresse-sur-Semois, Rochefort, Beauraing, Vielsalm, Gesves et Ohey. De manière générale, depuis 15 jours, la consommation d'eau augmente de l'ordre de 20% et certaines communes sont alimentées par camion citerne, indique le communiqué publié à l'issue de la réunion. Les volumes d'eau dans les barrages-réservoirs suivent aussi une tendance à la baisse "mais sans problème particulier". La situation est toutefois un peu préoccupante depuis deux semaines sur le barrage de Nisramont. Les réserves en eaux souterraines sont elles à la baisse de manière constante depuis mars. Dans le massif ardennais, les niveaux sont comparables à ceux de la mi-août 2017 et 2018. Le Centre de crise indique encore que les 24 zones de baignade autorisées en Wallonie sont accessibles, tout en insistant la dangerosité de se baigner en dehors de celles-ci. La sécheresse touche également les forêts, entraînant un risque d'incendie plus important, surtout au vu de l'affluence. La prudence est donc de mise. Le gouverneur de la province du Luxembourg a d'ailleurs pris un arrêté de police limitant les feux en plein air jusqu'au 31 août, tandis que Somme-Leuze, Rochefort et Houyet ont pris des ordonnances pour limiter ou interdire les feux de plein air. Enfin, la situation au niveau agricole est suivie de près. La sécheresse touche principalement les prairies mais l'impact se fait également sentir sur les cultures de lin et de légumes. "Même si des averses orageuses sont annoncées, elles ne modifieront pas de façon substantielle la situation de sécheresse. Des mesures complémentaires pourraient être activées par les autorités régionales selon l'évolution de la situation", avertit la cellule sécheresse. Les prévisions à 10 jours suggèrent une amélioration de l'indice sécheresse mais l'impact ne sera pas le même dans toutes les régions. Un nouveau point est prévu le 25 août.