Ce lundi, les deux organisations de la société civile Tegenstroom et Initiative Citoyenne ont remis une pétition de 43.500 signatures (plus de 24.500 néerlandophones et de 19.000 francophones) au Parlement fédéral et aux trois gouvernements régionaux. Le nom de la pétition: "Pas de vaccination obligatoire contre le COVID-19".

Discriminations

Par ces signatures, ils demandent le droit à la parole et veulent défendre la liberté de choix en matière de vaccination. Les organisations de la société civile veulent envoyer plusieurs signaux. Tout d'abord, ils demandent qu'aucune pression ne soit exercée sur la population pour qu'elle se fasse vacciner. Il doit s'agir d'un choix libre. Ils considèrent le fait que le personnel de santé soit obligé de se faire vacciner comme un vol de leur travail. Ils demandent également que les personnes non vaccinées ne fassent pas l'objet de discriminations.

"Les personnes non vaccinées ne peuvent plus participer à la vie sociale et culturelle, les écoliers sont stigmatisés s'ils ne sont pas vaccinés, et maintenant c'est le tour des enfants dès cinq ans. Tout cela alors que nous savons que le ticket Covid Safe et la vaccination donnent un faux sentiment de sécurité, car les personnes vaccinées peuvent encore provoquer des infections", déclare Agnes Jonckheere de Tegenstroom. Les organisations de la société civile demandent une campagne d'information honnête sur le fonctionnement et les dangers des vaccins.

Ce lundi, les deux organisations de la société civile Tegenstroom et Initiative Citoyenne ont remis une pétition de 43.500 signatures (plus de 24.500 néerlandophones et de 19.000 francophones) au Parlement fédéral et aux trois gouvernements régionaux. Le nom de la pétition: "Pas de vaccination obligatoire contre le COVID-19".Par ces signatures, ils demandent le droit à la parole et veulent défendre la liberté de choix en matière de vaccination. Les organisations de la société civile veulent envoyer plusieurs signaux. Tout d'abord, ils demandent qu'aucune pression ne soit exercée sur la population pour qu'elle se fasse vacciner. Il doit s'agir d'un choix libre. Ils considèrent le fait que le personnel de santé soit obligé de se faire vacciner comme un vol de leur travail. Ils demandent également que les personnes non vaccinées ne fassent pas l'objet de discriminations. "Les personnes non vaccinées ne peuvent plus participer à la vie sociale et culturelle, les écoliers sont stigmatisés s'ils ne sont pas vaccinés, et maintenant c'est le tour des enfants dès cinq ans. Tout cela alors que nous savons que le ticket Covid Safe et la vaccination donnent un faux sentiment de sécurité, car les personnes vaccinées peuvent encore provoquer des infections", déclare Agnes Jonckheere de Tegenstroom. Les organisations de la société civile demandent une campagne d'information honnête sur le fonctionnement et les dangers des vaccins.