Par ailleurs, 1.820 euros ont été perçus immédiatement auprès des personnes qui n'étaient pas domiciliées en Belgique afin de s'assurer qu'elles s'acquittent bien du montant dû.

Parmi les sanctions distribuées, dix verbalisations concernaient le fait d'uriner sur la voie publique, deux le dépôt sauvage d'encombrants, deux autres la sortie de sacs poubelles non conformes et 24 des salissures en tous genres, comme des papiers et canettes jetés en rue.

"Il y avait une vingtaine d'agents de police et d'agents communaux qui ont travaillé sur le périmètre de la rue d'Aerschot", a décrit Deborah Lorenzino, échevine de la Propreté publique à Schaerbeek, qui était sur place.

L'échevine explique que la densité de la commune et l'augmentation des salissures constatée justifient l'application d'une politique de tolérance zéro. "Nous travaillons également le volet préventif avec notre cellule pédagogique qui a pour vocation d'éduquer au respect de la propreté et de la nature."

Par ailleurs, 1.820 euros ont été perçus immédiatement auprès des personnes qui n'étaient pas domiciliées en Belgique afin de s'assurer qu'elles s'acquittent bien du montant dû.Parmi les sanctions distribuées, dix verbalisations concernaient le fait d'uriner sur la voie publique, deux le dépôt sauvage d'encombrants, deux autres la sortie de sacs poubelles non conformes et 24 des salissures en tous genres, comme des papiers et canettes jetés en rue. "Il y avait une vingtaine d'agents de police et d'agents communaux qui ont travaillé sur le périmètre de la rue d'Aerschot", a décrit Deborah Lorenzino, échevine de la Propreté publique à Schaerbeek, qui était sur place. L'échevine explique que la densité de la commune et l'augmentation des salissures constatée justifient l'application d'une politique de tolérance zéro. "Nous travaillons également le volet préventif avec notre cellule pédagogique qui a pour vocation d'éduquer au respect de la propreté et de la nature."