La personne en question, S.A. âgée de 34 ans, est partie pour la Syrie en 2015, un an après que le groupe terroriste Etat islamiste y a déclaré un califat. Une fois ramenée en Belgique, elle a été incarcérée, car elle avait été condamnée par défaut à 5 ans de prison. Elle a fait opposition à cette décision et mi-octobre le tribunal a réduit sa peine à trois ans avec sursis, après quoi elle a été libérée sous conditions rapporte De Morgen.

Interrogé par un député la semaine passée en plénière, le ministre Van Quickenborne a donc semblé avoir été mal informé par le parquet, avance le parquet fédéral. "Nos documents n'étaient pas à jour, c'était donc une erreur", a commenté le porte-parole du parquet. Le ministre n'a pas souhaité réagir.

La personne en question, S.A. âgée de 34 ans, est partie pour la Syrie en 2015, un an après que le groupe terroriste Etat islamiste y a déclaré un califat. Une fois ramenée en Belgique, elle a été incarcérée, car elle avait été condamnée par défaut à 5 ans de prison. Elle a fait opposition à cette décision et mi-octobre le tribunal a réduit sa peine à trois ans avec sursis, après quoi elle a été libérée sous conditions rapporte De Morgen. Interrogé par un député la semaine passée en plénière, le ministre Van Quickenborne a donc semblé avoir été mal informé par le parquet, avance le parquet fédéral. "Nos documents n'étaient pas à jour, c'était donc une erreur", a commenté le porte-parole du parquet. Le ministre n'a pas souhaité réagir.