"Suite à notre mobilisation, nos revendications ont finalement pu être entendues. Nous avons obtenu un rendez-vous en urgence avec le cabinet du ministre de la Santé, Franck Vandenbroucke, ce dimanche à 17h30", indique Alexandre Niset, porte-parole du Galuc, groupement de l'UCLouvain, représentant 1.600 médecins en formation en Belgique, et membre de la délégation.

Jeudi, quelque 800 médecins assistants francophones en formation avaient manifesté à Bruxelles contre l'accord intervenu mercredi sur leur statut social au sein de la CPNMH. S'ils reconnaissent des avancées, les médecins assistants francophones pointent cependant plusieurs articles jugés inapplicables, notamment sur les gardes rappelables, ou problématiques dans leur interprétation. "Des enjeux majeurs comme la différenciation entre employeur et formateur ne sont en outre pas abordés dans l'accord, alors qu'ils donnent lieu à des abus", poursuit le Dr Niset. La délégation, qui rassemble des médecins assistants de l'UCLouvain, de l'ULB et de l'ULiège, plaide également pour améliorer la représentativité des médecins assistants au sein de la commission paritaire.

"Nous sommes bien conscients du climat de tension régnant au sein des structures hospitalières depuis le début du mouvement de grève jeudi. Nous sommes également soucieux d'entamer ces discussions dans un environnement serein et constructif. Dès lors, nous proposons la suspension de la grève dès ce lundi 24 mai à 08h00", ajoute la délégation. "Chaque médecin reste cependant libre de s'y plier ou non, étant donné le préavis de grève en cours", précise le Dr Niset.

"Suite à notre mobilisation, nos revendications ont finalement pu être entendues. Nous avons obtenu un rendez-vous en urgence avec le cabinet du ministre de la Santé, Franck Vandenbroucke, ce dimanche à 17h30", indique Alexandre Niset, porte-parole du Galuc, groupement de l'UCLouvain, représentant 1.600 médecins en formation en Belgique, et membre de la délégation. Jeudi, quelque 800 médecins assistants francophones en formation avaient manifesté à Bruxelles contre l'accord intervenu mercredi sur leur statut social au sein de la CPNMH. S'ils reconnaissent des avancées, les médecins assistants francophones pointent cependant plusieurs articles jugés inapplicables, notamment sur les gardes rappelables, ou problématiques dans leur interprétation. "Des enjeux majeurs comme la différenciation entre employeur et formateur ne sont en outre pas abordés dans l'accord, alors qu'ils donnent lieu à des abus", poursuit le Dr Niset. La délégation, qui rassemble des médecins assistants de l'UCLouvain, de l'ULB et de l'ULiège, plaide également pour améliorer la représentativité des médecins assistants au sein de la commission paritaire. "Nous sommes bien conscients du climat de tension régnant au sein des structures hospitalières depuis le début du mouvement de grève jeudi. Nous sommes également soucieux d'entamer ces discussions dans un environnement serein et constructif. Dès lors, nous proposons la suspension de la grève dès ce lundi 24 mai à 08h00", ajoute la délégation. "Chaque médecin reste cependant libre de s'y plier ou non, étant donné le préavis de grève en cours", précise le Dr Niset.