La hausse des contaminations au coronavirus continue à inquiéter en Belgique, en ce vendredi, jour d''entrée en vigueur des mesures de restriction sanitaires plus importantes. "La hausse des contaminations et des hospitalisations continue", souligne les porte-paroles Steven Van Gucht et Yves Van Laethem. L'augmentation des cas est de 72%. Il s'agit désormais d'un redoublement tous les neuf jours. "Les chiffres continuer à augmenter." Lundi, un record quotidien a été constaté: 4601 nouvelles infections!

"Une petite seconde vague"

Tous les groupes d'âges sont touchés: les jeunes d'une vingtaine restent les plus concernés, mais les chiffres augmentent chez les plus âgés et désormais auprès des plus de 40 ans."Au cours de la dernière semaine, on a constaté plus de 200 personnes de plus de 90 ans positives, plus du double de la semaine passée."

Les provinces de Brabant wallon, Hainaut, Luxembourg et Namur sont celles où le nombre de contaminations augmente le plus, avec un doublement des cas, peut-être lié aux test positifs effectués par les étudiants testés dans leur université. Outre Bruxelles, où l'augmentation reste la plus vive, les villes de Liège, Charleroi et Namur sont en tête du rebond du côté francophone.

Les hospitalisations augmentent depuis trois jours au-dela des cent cas, portant la moyenne à 96 pour la dernière semaine.

Le nombre de décès continue à augmenter avec douze décès en moyenne, une augmentation de 73%. Le mardi 6 octobre, on a déploré 18 décès et ces chiffres vont augmenter les deux ou trois prochaines semaines.

Yves Van Laethem parle d'une "petite seconde vague".

Des profils de patients différents

L'analyse des patients hospitalisés durant cet été jusqu'à la mi-septembre montrent que les patients sont plus jeunes que lors de la première vagues et moins malades que lors de la première vague. L'âge médian lors de la première vague était de 71 ans, la majorité sont désormais sous les 60 ans. 25% venaient des maisons de repos lors de la première vague, la proportion est désormais de 20%.

"Ces patients plus jeunes courrent un risque moindre de décès", soulignent les porte-paroles, et il y a un nombre moins importants de patients transférés aux soins intensifs. Ily a moins de décès grâce au profil des patient et de meilleur soins: 9% des personnes décèdent contre 21% lors de la première vague. Même si le taux de décès reste bien sûr important.

Les personnes les plus âgés restent les plus fragiles. "Il faut rester très vigilant à l'égard des plus âgés", insistent-t-ils.

La hausse des maisons de repos

Un message concerne aussi les maisons de repos et de soins. "Les dernières semaines, on constate une hausse de cas dans ces institutions, d'abord et à Bruxelles et désormais en Wallonie et légèrement en Flandre." Les données, fiables, montrent que la situation était relativement calme durant l'été, mais qu'il y a désormais une nouvelle augmentation. On était à 3 infections par 1000 résidents, mais l'augmentation est nette. "Cette augmentation concerne un nombre limité de maisons", précisent-ils. Le 4 octobre, le taux était de 4/1000 en Flandre, 9/1000 en Wallonie et 12/1000 à Bruxelles. Il reste 90% des maisons non touchées en Flandre et en Wallonie, moins de 80% à Bruxelles.

Les porte-paroles concluent avec un mot de soutien au personnel de ces maisons de repos et de soins.

La hausse des contaminations au coronavirus continue à inquiéter en Belgique, en ce vendredi, jour d''entrée en vigueur des mesures de restriction sanitaires plus importantes. "La hausse des contaminations et des hospitalisations continue", souligne les porte-paroles Steven Van Gucht et Yves Van Laethem. L'augmentation des cas est de 72%. Il s'agit désormais d'un redoublement tous les neuf jours. "Les chiffres continuer à augmenter." Lundi, un record quotidien a été constaté: 4601 nouvelles infections!Tous les groupes d'âges sont touchés: les jeunes d'une vingtaine restent les plus concernés, mais les chiffres augmentent chez les plus âgés et désormais auprès des plus de 40 ans."Au cours de la dernière semaine, on a constaté plus de 200 personnes de plus de 90 ans positives, plus du double de la semaine passée." Les provinces de Brabant wallon, Hainaut, Luxembourg et Namur sont celles où le nombre de contaminations augmente le plus, avec un doublement des cas, peut-être lié aux test positifs effectués par les étudiants testés dans leur université. Outre Bruxelles, où l'augmentation reste la plus vive, les villes de Liège, Charleroi et Namur sont en tête du rebond du côté francophone.Les hospitalisations augmentent depuis trois jours au-dela des cent cas, portant la moyenne à 96 pour la dernière semaine.Le nombre de décès continue à augmenter avec douze décès en moyenne, une augmentation de 73%. Le mardi 6 octobre, on a déploré 18 décès et ces chiffres vont augmenter les deux ou trois prochaines semaines.Yves Van Laethem parle d'une "petite seconde vague".L'analyse des patients hospitalisés durant cet été jusqu'à la mi-septembre montrent que les patients sont plus jeunes que lors de la première vagues et moins malades que lors de la première vague. L'âge médian lors de la première vague était de 71 ans, la majorité sont désormais sous les 60 ans. 25% venaient des maisons de repos lors de la première vague, la proportion est désormais de 20%. "Ces patients plus jeunes courrent un risque moindre de décès", soulignent les porte-paroles, et il y a un nombre moins importants de patients transférés aux soins intensifs. Ily a moins de décès grâce au profil des patient et de meilleur soins: 9% des personnes décèdent contre 21% lors de la première vague. Même si le taux de décès reste bien sûr important. Les personnes les plus âgés restent les plus fragiles. "Il faut rester très vigilant à l'égard des plus âgés", insistent-t-ils.Un message concerne aussi les maisons de repos et de soins. "Les dernières semaines, on constate une hausse de cas dans ces institutions, d'abord et à Bruxelles et désormais en Wallonie et légèrement en Flandre." Les données, fiables, montrent que la situation était relativement calme durant l'été, mais qu'il y a désormais une nouvelle augmentation. On était à 3 infections par 1000 résidents, mais l'augmentation est nette. "Cette augmentation concerne un nombre limité de maisons", précisent-ils. Le 4 octobre, le taux était de 4/1000 en Flandre, 9/1000 en Wallonie et 12/1000 à Bruxelles. Il reste 90% des maisons non touchées en Flandre et en Wallonie, moins de 80% à Bruxelles.Les porte-paroles concluent avec un mot de soutien au personnel de ces maisons de repos et de soins.