Une vague de perquisitions ciblant l'architecte Valérie Dardenne, proche de Stéphane Moreau, s'est déployée mercredi 22 janvier à Bruxelles, Anvers, Namur et Esneux, ont appris Le Vif et Apache. Diligentée par le juge financier Frédéric Frenay, une instruction judiciaire visant l'architecte est en effet ouverte depuis octobre 2019 à Liège pour abus de biens sociaux, faux et usage de faux.

La justice s'interroge sur la réalité de prestations facturées par l'architecte à une ex-filiale immobilière du fonds de pension liégeois Ogeo Fund, alors dirigé par Stéphane Moreau. Entre octobre 2014 et décembre 2017, Valérie Dardenne a facturé 906.267,62 euros à Land Invest Group (LIG), société vendue début 2018 au promoteur immobilier anversois Jeff Cavens. Ses prestations consistaient principalement en une réunion hebdomadaire, non-obligatoire, de deux heures maximum à Anvers, en tant que "conseillère stratégique" de LIG, comme Le Vif et Apache l'avaient raconté en février 2019.

Les perquisitions du 22 janvier ont ciblé, à Uccle, la société fiduciaire qui gère administrativement Actys et Atelier XV, les deux principales sociétés de Valérie Dardenne. À Anvers, c'est Urban Living Belgium, la société de Jeff Cavens qui a racheté LIG au printemps 2018, qui a été visitée par les enquêteurs. La comptabilité complète de LIG y a été saisie. Des perquisitions ont également eu lieu au domicile légal de l'architecte chez son père à Wépion (Namur), ainsi qu'à son lieu de résidence et siège social de sa société Actys à Tilff (Esneux).

Ogeo Fund, qui pèse plus de 1,2 milliard d'euros, a été dirigé pendant dix ans par Stéphane Moreau, jusqu'à sa démission en juin 2017 exigée par la FSMA, le gendarme des marchés financiers. De 2011 à 2016, Ogeo Fund a été la "banque" de LIG à Anvers: via des prêts obligataires au taux de 9%, plus de 63 millions d'euros ont été avancés par Ogeo à LIG pour financer une dizaine de projets immobiliers. L'emploi douteux dont il serait ici question aurait donc été payé avec l'argent des pensionnés et futurs pensionnés liégeois qui ont cotisé à Ogeo.

Au total, Valérie Dardenne a facturé 798.600 euros pour ses "conseils stratégiques" au comité de direction de LIG, 47.896 euros en tant qu'administratrice de LIG et 59.772 euros pour dessiner les plans d'un projet immobilier de LIG qui n'a jamais abouti sur les hauteurs de Liège. Un projet qui plaçait l'architecte en conflit d'intérêts puisqu'elle jouait à la fois le rôle de promoteur et de sous-traitant.

D'après les factures émises par sa société Actys, Valérie Dardenne a commencé ses prestations au comité de direction de LIG début octobre 2014. Valérie Dardenne était alors l'architecte officieuse d'Ogeo Fund après avoir été l'architecte de la commune d'Ans, où elle a rencontré Moreau au début des années 2000 quand il était échevin de l'Urbanisme et de l'Aménagement du territoire.

Selon l'homme d'affaires et lobbyiste anversois Erik Van der Paal, ex-homme fort de LIG, c'est Stéphane Moreau qui aurait exigé que LIG embauche Valérie Dardenne pour 20.000 euros bruts par mois. Pour rappel, fin 2010, Ogeo Fund s'est allié avec Elba Advies, la société d'Erik Van der Paal et de son associé hollandais Marc Schaling, pour créer LIG. Ogeo et Elba possédaient chacun 50% de LIG.

Me Bauwens, l'avocat de Jeff Cavens, a confirmé la perquisition du 22 janvier dont son client a fait l'objet. Il précise que les enquêteurs ont saisi des "documents de Land Invest Group, entité acquise par Triple Living en 2018" et que la période visée par l'enquête "remonte à avant l'acquisition". Triple Living a pleinement coopéré et, si nécessaire, "fournira une assistance à l'enquête judiciaire en cours", a-t-il ajouté. Le parquet général de Liège quant à lui ne souhaite pas commenter ces informations. Valérie Dardenne, Stéphane Moreau et Erik Van der Paal n'ont pas donné suite à nos sollicitations.

David Leloup

Une vague de perquisitions ciblant l'architecte Valérie Dardenne, proche de Stéphane Moreau, s'est déployée mercredi 22 janvier à Bruxelles, Anvers, Namur et Esneux, ont appris Le Vif et Apache. Diligentée par le juge financier Frédéric Frenay, une instruction judiciaire visant l'architecte est en effet ouverte depuis octobre 2019 à Liège pour abus de biens sociaux, faux et usage de faux.La justice s'interroge sur la réalité de prestations facturées par l'architecte à une ex-filiale immobilière du fonds de pension liégeois Ogeo Fund, alors dirigé par Stéphane Moreau. Entre octobre 2014 et décembre 2017, Valérie Dardenne a facturé 906.267,62 euros à Land Invest Group (LIG), société vendue début 2018 au promoteur immobilier anversois Jeff Cavens. Ses prestations consistaient principalement en une réunion hebdomadaire, non-obligatoire, de deux heures maximum à Anvers, en tant que "conseillère stratégique" de LIG, comme Le Vif et Apache l'avaient raconté en février 2019.Les perquisitions du 22 janvier ont ciblé, à Uccle, la société fiduciaire qui gère administrativement Actys et Atelier XV, les deux principales sociétés de Valérie Dardenne. À Anvers, c'est Urban Living Belgium, la société de Jeff Cavens qui a racheté LIG au printemps 2018, qui a été visitée par les enquêteurs. La comptabilité complète de LIG y a été saisie. Des perquisitions ont également eu lieu au domicile légal de l'architecte chez son père à Wépion (Namur), ainsi qu'à son lieu de résidence et siège social de sa société Actys à Tilff (Esneux).Ogeo Fund, qui pèse plus de 1,2 milliard d'euros, a été dirigé pendant dix ans par Stéphane Moreau, jusqu'à sa démission en juin 2017 exigée par la FSMA, le gendarme des marchés financiers. De 2011 à 2016, Ogeo Fund a été la "banque" de LIG à Anvers: via des prêts obligataires au taux de 9%, plus de 63 millions d'euros ont été avancés par Ogeo à LIG pour financer une dizaine de projets immobiliers. L'emploi douteux dont il serait ici question aurait donc été payé avec l'argent des pensionnés et futurs pensionnés liégeois qui ont cotisé à Ogeo.Au total, Valérie Dardenne a facturé 798.600 euros pour ses "conseils stratégiques" au comité de direction de LIG, 47.896 euros en tant qu'administratrice de LIG et 59.772 euros pour dessiner les plans d'un projet immobilier de LIG qui n'a jamais abouti sur les hauteurs de Liège. Un projet qui plaçait l'architecte en conflit d'intérêts puisqu'elle jouait à la fois le rôle de promoteur et de sous-traitant.D'après les factures émises par sa société Actys, Valérie Dardenne a commencé ses prestations au comité de direction de LIG début octobre 2014. Valérie Dardenne était alors l'architecte officieuse d'Ogeo Fund après avoir été l'architecte de la commune d'Ans, où elle a rencontré Moreau au début des années 2000 quand il était échevin de l'Urbanisme et de l'Aménagement du territoire.Selon l'homme d'affaires et lobbyiste anversois Erik Van der Paal, ex-homme fort de LIG, c'est Stéphane Moreau qui aurait exigé que LIG embauche Valérie Dardenne pour 20.000 euros bruts par mois. Pour rappel, fin 2010, Ogeo Fund s'est allié avec Elba Advies, la société d'Erik Van der Paal et de son associé hollandais Marc Schaling, pour créer LIG. Ogeo et Elba possédaient chacun 50% de LIG.Me Bauwens, l'avocat de Jeff Cavens, a confirmé la perquisition du 22 janvier dont son client a fait l'objet. Il précise que les enquêteurs ont saisi des "documents de Land Invest Group, entité acquise par Triple Living en 2018" et que la période visée par l'enquête "remonte à avant l'acquisition". Triple Living a pleinement coopéré et, si nécessaire, "fournira une assistance à l'enquête judiciaire en cours", a-t-il ajouté. Le parquet général de Liège quant à lui ne souhaite pas commenter ces informations. Valérie Dardenne, Stéphane Moreau et Erik Van der Paal n'ont pas donné suite à nos sollicitations.David Leloup