On en dénombrait ainsi encore 28 en date du mardi 5 janvier, contre 43 le mardi 29 décembre, signale mercredi l'Agence pour une vie de qualité (Aviq). Les provinces de Hainaut (10) et de Liège (8) sont les principales touchées.

Ce mardi 5 janvier, il y avait 786 cas confirmés parmi les résidents, tandis que 385 membres du personnel étaient écartés.

A titre de comparaison, en date du 29 décembre, l'Aviq recensait donc 43 clusters avec au moins 10 cas possibles ou confirmés, dont 24 dans le Hainaut, qui a donc connu une importante baisse, et 6 dans la Province de Liège. Il y avait 1.449 cas confirmés parmi les résidents, où les contaminations ont presque été divisées par deux, et 509 membres du personnel écartés.

Plus largement, mardi, la Wallonie comptait encore 40 clusters avec au moins 10 cas possibles ou confirmés sur l'ensemble des 1.214 centres d'hébergement (handicap, santé mentale, ...) pris en compte et dont font partie les 602 maisons de repos du sud du pays.

L'Aviq en recense notamment 15 dans la province de Hainaut, 8 dans celle de Liège et 12 dans celle de Namur, avec un total de 983 cas confirmés parmi les résidents et de 562 membres du personnel écartés.

Une semaine plus tôt, le 29 décembre 2020, il y avait 50 clusters de ce type, avec notamment 26 dans le Hainaut, 7 dans la province de Liège (où le total a donc progressé d'une unité) et 11 pour celle de Namur. On comptabilisait 1.638 cas confirmés parmi les résidents, pour 717 membres du personnel écartés.

Lors de la première vague, la semaine du 12 au 18 avril, un pic de 9.057 cas possibles ou confirmés avait été atteint au sein des maisons de repos et des maisons de repos et de soins. Entre le 27 décembre et le 2 janvier, le nombre de cas possibles ou confirmés s'élevait à 1.298. Le nombre de cas possibles ou confirmés reste inférieur à celui observé lors de la première vague", analyse l'Aviq.

En ce qui concerne le personnel absent pour cause de Covid-19 dans les maisons de repos, l'Agence a observé, lors de la première vague, un maximum de 6,9% d'écartement au pic de cette même semaine d'avril, alors que la proportion n'était que de 0,2% lors de la semaine allant du 27 décembre au 2 janvier.

On en dénombrait ainsi encore 28 en date du mardi 5 janvier, contre 43 le mardi 29 décembre, signale mercredi l'Agence pour une vie de qualité (Aviq). Les provinces de Hainaut (10) et de Liège (8) sont les principales touchées.Ce mardi 5 janvier, il y avait 786 cas confirmés parmi les résidents, tandis que 385 membres du personnel étaient écartés. A titre de comparaison, en date du 29 décembre, l'Aviq recensait donc 43 clusters avec au moins 10 cas possibles ou confirmés, dont 24 dans le Hainaut, qui a donc connu une importante baisse, et 6 dans la Province de Liège. Il y avait 1.449 cas confirmés parmi les résidents, où les contaminations ont presque été divisées par deux, et 509 membres du personnel écartés. Plus largement, mardi, la Wallonie comptait encore 40 clusters avec au moins 10 cas possibles ou confirmés sur l'ensemble des 1.214 centres d'hébergement (handicap, santé mentale, ...) pris en compte et dont font partie les 602 maisons de repos du sud du pays. L'Aviq en recense notamment 15 dans la province de Hainaut, 8 dans celle de Liège et 12 dans celle de Namur, avec un total de 983 cas confirmés parmi les résidents et de 562 membres du personnel écartés. Une semaine plus tôt, le 29 décembre 2020, il y avait 50 clusters de ce type, avec notamment 26 dans le Hainaut, 7 dans la province de Liège (où le total a donc progressé d'une unité) et 11 pour celle de Namur. On comptabilisait 1.638 cas confirmés parmi les résidents, pour 717 membres du personnel écartés. Lors de la première vague, la semaine du 12 au 18 avril, un pic de 9.057 cas possibles ou confirmés avait été atteint au sein des maisons de repos et des maisons de repos et de soins. Entre le 27 décembre et le 2 janvier, le nombre de cas possibles ou confirmés s'élevait à 1.298. Le nombre de cas possibles ou confirmés reste inférieur à celui observé lors de la première vague", analyse l'Aviq. En ce qui concerne le personnel absent pour cause de Covid-19 dans les maisons de repos, l'Agence a observé, lors de la première vague, un maximum de 6,9% d'écartement au pic de cette même semaine d'avril, alors que la proportion n'était que de 0,2% lors de la semaine allant du 27 décembre au 2 janvier.