Plusieurs associations de lutte contre la pauvreté se sont jointes au mouvement avec un message clair: "une bonne politique climatique ne laisse personne au bord du chemin".

Malgré 17 jeudis consécutifs de protestations, les élèves n'ont pas obtenu de réponse satisfaisante de la classe politique. Cette semaine, plusieurs associations de lutte contre la pauvreté ont pris la tête du cortège aux côtés des infatigables Anuna De Wever, Kyra Gantois et Adélaïde Charlier, qui mènent la contestation depuis le mois de janvier.

Les personnes en situation précaire craignent d'être oubliées des plans climatiques, qu'elles veulent voir doublés de mesures sociales.

Tout au long de l'itinéraire, qui partait de la gare du Nord pour rejoindre la gare du Midi, les jeunes, munis de sacs poubelles, ont ramassé déchets et mégots de cigarette.

Quelques représentants des mouvements Workers for Climate, Teachers for Climate et Grands-parents pour le climat sont également venus gonfler les rangs des manifestants.