Sa cellule de coordination politique notamment, ladite " copol ", s'en est trouvée réduite à la portion congrue. Pour " se reconstituer une force d'analyse politique ", la d...

Sa cellule de coordination politique notamment, ladite " copol ", s'en est trouvée réduite à la portion congrue. Pour " se reconstituer une force d'analyse politique ", la direction du parti a décidé désormais de s'appuyer sur un " observatoire politique et sociétal ". Composé des députés fédéraux Jean-Marc Nollet et Georges Gilkinet, de l'échevine d'Enghien Bénédicte Linard, et d'un " militant actif dans le monde de la recherche " qui préfère conserver l'anonymat. L'instance devra fournir, sur certains axes déterminés, des analyses régulières qui orienteront le positionnement écologiste. Pourquoi ces quatre observateurs en particulier ? " Parce qu'il a fallu trouver des gens compétents et qui acceptent de faire ça en dehors de leurs heures de travail ", dit-on dans les couloirs du siège d'Ecolo. Une raison de plus pour lutter contre l'austérité budgétaire.