Pedro Facon avait annoncé le mois dernier que la Celeval, la cellule d'évaluation qui conseille les gouvernements dans la gestion de la crise du coronavirus, se verrait dotée d'une nouvelle composition. Il n'en sera rien.

Entre-temps, la procédure de préparation du Comité consultatif a en effet été à nouveau modifiée.

Le kern a finalement décidé lundi soir de dissoudre le Celeval et de confier cette mission de conseil au RAG. Tous les membres du Celeval ont été informés hier que l'organisme sera dissous immédiatement. Selon le porte-parole du Premier ministre, cela devrait permettre de mieux rationaliser l'interaction entre le niveau fédéral et les sous-entités. Au sein du Comité consultatif, on a cherché à établir un équilibre et un consensus entre les entités fédérales et fédérées, et ce transfert de compétence en est la traduction scientifique, dit-il.

Ce qui concrètement veut dire que les conseils qui seront sur la table vendredi ne seront plus fournis par l'organe consultatif Celeval. Un Celeval qui avait déjà remplacé le GEES, le groupe d'experts pour la sortie du confinement et qui avait déjà été réorganisé cet été afin de proposer une stratégie de sortie de manière plus "équilibrée". On retrouvait notamment dans le Celeval nouvelle mouture, l'ex-Bpostceo Johnny Thijs et l'économiste de la santé Lieven Annemans (qui a démissionné entre temps).

Qu'est-ce le RAG?

Cet organe, coordonné par l'institut de santé publique Sciensano évalue le risque et analyse l'effet des mesures prises. En temps normal, le RAG n'est pas composé d'experts permanents et sa composition varie en fonction de la problématique à traiter. Il a été créé en 2018 dans le cadre de la Conférence interministérielle santé.

Un nouveau comité ?

Entre-temps, le commissaire de Corona, Pedro Facon, a soumis une proposition visant à mettre en place un tout nouveau comité. Pour Pedro Facon, interviewé par La Libre, explique que la décision de mettre fin au Celeval a été prise pour deux raisons. La première est qu'il souhaite simplifier et clarifier les organes consultatifs d'experts. Il y a en effet les task force, le RAG (évaluation du risque, NDLR), le RMG (gestion du risque, NDLR), la Celeval (cellule d'évaluation fédérale, NDLR), etc. Or les règles régissant les relations entre ces différentes task force étaient trop floues.

La seconde est qu'il souhaitait aussi un meilleur "d'équilibre et plus de transparence en ce qui concerne les experts externes qui conseillent le gouvernement".

Pour lui le RAG doit être le centre de gravité de l'analyse épidémiologique. En ce qui concerne les questions de conseil ponctuelles comme les mesures à prendre des groupes consultatifs spécifiques peuvent être créés, mais ils doivent être équilibrés et composés de manière transparente et avec des experts gouvernementaux et externes, peut-on encore lire dans La Libre. Ceux-ci seront issus d'universités et aux groupes professionnels concernés pour un certain nombre de domaines de connaissance pertinents (épidémiologie, virologie, biostatistique, psychologie, communication).

Il y a de fortes chances que la composition de ce corps soit annoncée avant vendredi. Le gouvernement De Croo prend ainsi ses distances par rapport à la démarche du gouvernement Wilmès, qui était encore sur la piste d'un assouplissement avec Celeval en septembre, alors que les chiffres de l'infection étaient à nouveau à la hausse.

Marc Van Ranst prépare un rapport

En attendant la nouvelle structure, le virologiste Marc Van Ranst et un certain nombre de collègues préparent un rapport consultatif sur les mesures à prendre. Il contiendra sans doute des recommandations sur l'ouverture ou non de magasins non essentiels. On devrait aussi aborder la question de Noël . En outre, le gouvernement pourrait également enfin annoncer le coronabaromètre, bien que sous une forme beaucoup plus simplifié.

Pedro Facon avait annoncé le mois dernier que la Celeval, la cellule d'évaluation qui conseille les gouvernements dans la gestion de la crise du coronavirus, se verrait dotée d'une nouvelle composition. Il n'en sera rien. Entre-temps, la procédure de préparation du Comité consultatif a en effet été à nouveau modifiée. Le kern a finalement décidé lundi soir de dissoudre le Celeval et de confier cette mission de conseil au RAG. Tous les membres du Celeval ont été informés hier que l'organisme sera dissous immédiatement. Selon le porte-parole du Premier ministre, cela devrait permettre de mieux rationaliser l'interaction entre le niveau fédéral et les sous-entités. Au sein du Comité consultatif, on a cherché à établir un équilibre et un consensus entre les entités fédérales et fédérées, et ce transfert de compétence en est la traduction scientifique, dit-il.Ce qui concrètement veut dire que les conseils qui seront sur la table vendredi ne seront plus fournis par l'organe consultatif Celeval. Un Celeval qui avait déjà remplacé le GEES, le groupe d'experts pour la sortie du confinement et qui avait déjà été réorganisé cet été afin de proposer une stratégie de sortie de manière plus "équilibrée". On retrouvait notamment dans le Celeval nouvelle mouture, l'ex-Bpostceo Johnny Thijs et l'économiste de la santé Lieven Annemans (qui a démissionné entre temps). Entre-temps, le commissaire de Corona, Pedro Facon, a soumis une proposition visant à mettre en place un tout nouveau comité. Pour Pedro Facon, interviewé par La Libre, explique que la décision de mettre fin au Celeval a été prise pour deux raisons. La première est qu'il souhaite simplifier et clarifier les organes consultatifs d'experts. Il y a en effet les task force, le RAG (évaluation du risque, NDLR), le RMG (gestion du risque, NDLR), la Celeval (cellule d'évaluation fédérale, NDLR), etc. Or les règles régissant les relations entre ces différentes task force étaient trop floues. La seconde est qu'il souhaitait aussi un meilleur "d'équilibre et plus de transparence en ce qui concerne les experts externes qui conseillent le gouvernement".Pour lui le RAG doit être le centre de gravité de l'analyse épidémiologique. En ce qui concerne les questions de conseil ponctuelles comme les mesures à prendre des groupes consultatifs spécifiques peuvent être créés, mais ils doivent être équilibrés et composés de manière transparente et avec des experts gouvernementaux et externes, peut-on encore lire dans La Libre. Ceux-ci seront issus d'universités et aux groupes professionnels concernés pour un certain nombre de domaines de connaissance pertinents (épidémiologie, virologie, biostatistique, psychologie, communication). Il y a de fortes chances que la composition de ce corps soit annoncée avant vendredi. Le gouvernement De Croo prend ainsi ses distances par rapport à la démarche du gouvernement Wilmès, qui était encore sur la piste d'un assouplissement avec Celeval en septembre, alors que les chiffres de l'infection étaient à nouveau à la hausse.En attendant la nouvelle structure, le virologiste Marc Van Ranst et un certain nombre de collègues préparent un rapport consultatif sur les mesures à prendre. Il contiendra sans doute des recommandations sur l'ouverture ou non de magasins non essentiels. On devrait aussi aborder la question de Noël . En outre, le gouvernement pourrait également enfin annoncer le coronabaromètre, bien que sous une forme beaucoup plus simplifié.