Ce congé sera accessible aux parents sur présentation d'une attestation de la crèche, l'école ou le centre d'accueil qui confirme la fermeture de l'institution et ne devra pas faire l'objet de l'accord de l'employeur. Il pourra être pris à temps-plein et concernera les enfants mineurs et les enfants souffrant d'un handicap.

Par rapport au congé parental corona, l'indemnité pour le travailleur sera revue à la hausse et sera équivalente au chômage temporaire corona soit 70% de la rémunération perdue augmentée de 5,63€ par jour.

Cette mesure sera d'application dès le 1er octobre, pour tous les adultes cohabitant avec un enfant mineur (ou sans limite d'âge en ce qui concerne les enfants en situation de handicap dont le centre d'accueil ferme), aussi longtemps que l'établissement concerné restera fermé.

Pour Christophe Cocu, Directeur général de la Ligue des familles, "c'est un énorme soulagement ! Cette mesure n'est pas parfaite en tous points - on aurait souhaité qu'il n'y ait aucune perte de salaire -, mais la Ligue des familles a été entendue sur la quasi-totalité de ses demandes : les parents pourront ainsi prendre ce congé du jour au lendemain, sans accord de l'employeur. Cela représente donc une solution sérieuse, qui permettra aux parents concernés de s'occuper de leurs enfants dès l'annonce d'une fermeture de classe ou de crèche."

Pour Ludivine Dedonder, députée PS et porteuse de la proposition de loi, "Ce congé de quarantaine s'étendra du 1er octobre au 31 décembre 2020 et pourra être prolongée par le Roi en fonction de l'évolution du contexte sanitaire. La N-VA a demandé une seconde lecture du texte, ce qui retarde son adoption définitive en commission d'une semaine. Les parents flamands sont pourtant confrontés de la même manière à la garde d'enfants en quarantaine, le virus ne connait pas de frontières linguistiques !"

Ce congé sera accessible aux parents sur présentation d'une attestation de la crèche, l'école ou le centre d'accueil qui confirme la fermeture de l'institution et ne devra pas faire l'objet de l'accord de l'employeur. Il pourra être pris à temps-plein et concernera les enfants mineurs et les enfants souffrant d'un handicap.Par rapport au congé parental corona, l'indemnité pour le travailleur sera revue à la hausse et sera équivalente au chômage temporaire corona soit 70% de la rémunération perdue augmentée de 5,63€ par jour. Cette mesure sera d'application dès le 1er octobre, pour tous les adultes cohabitant avec un enfant mineur (ou sans limite d'âge en ce qui concerne les enfants en situation de handicap dont le centre d'accueil ferme), aussi longtemps que l'établissement concerné restera fermé.Pour Christophe Cocu, Directeur général de la Ligue des familles, "c'est un énorme soulagement ! Cette mesure n'est pas parfaite en tous points - on aurait souhaité qu'il n'y ait aucune perte de salaire -, mais la Ligue des familles a été entendue sur la quasi-totalité de ses demandes : les parents pourront ainsi prendre ce congé du jour au lendemain, sans accord de l'employeur. Cela représente donc une solution sérieuse, qui permettra aux parents concernés de s'occuper de leurs enfants dès l'annonce d'une fermeture de classe ou de crèche."Pour Ludivine Dedonder, députée PS et porteuse de la proposition de loi, "Ce congé de quarantaine s'étendra du 1er octobre au 31 décembre 2020 et pourra être prolongée par le Roi en fonction de l'évolution du contexte sanitaire. La N-VA a demandé une seconde lecture du texte, ce qui retarde son adoption définitive en commission d'une semaine. Les parents flamands sont pourtant confrontés de la même manière à la garde d'enfants en quarantaine, le virus ne connait pas de frontières linguistiques !"