L'étage d'un immeuble situé à la rue des Juifs, dans le centre de Mons, s'est effondré mardi vers 13h00. Les services de secours et la police de Mons sont rapidement intervenus sur les lieux du sinistre. Des personnes ont été bloquées dans les décombres. Le locataire des lieux est décédé. Deux autres personnes, des ouvriers qui travaillaient dans le bâtiment, ont été blessés. Ils ont été pris en charge par les services de secours et transportés à l'hôpital. Leurs jours ne sont pas en danger.

Les services de secours, avec l'appui la brigade cynophile et des moyens techniques de la Protection civile, fouillaient encore les lieux mardi après-midi pour écarter d'éventuelles victimes supplémentaires.

Le bâtiment sinistré a dû être étançonné pour garantir la stabilité des immeubles voisins. Un arrêté d'inhabitabilité a néanmoins été pris pour les deux habitations adjacentes à l'immeuble sinistré. Un relogement pour les occupants de ces maisons, qui ont été évacués par mesure de sécurité, a été proposé par le CPAS de Mons. Un centre d'accueil et un soutien psychologique pour les familles des victimes a été mis en place au 20, rue de la Grande Triperie, non loin du lieu du sinistre. La société Ores a, de son côté, coupé l'alimentation en gaz dans le quartier par précaution.

Plan communal d'urgence

Le plan communal d'urgence a été déclenché par la bourgmestre faisant fonction Catherine Houdart en collaboration avec le gouverneur de la province du Hainaut, Tommy Leclercq. Ce plan était toujours en veille en fin d'après-midi.

L'Auditorat du Travail est descendu sur les lieux du sinistre, où se trouvait un chantier de construction. L'Auditeur du Travail, Charles-Eric Clesse, a indiqué qu'un magistrat de l'Auditorat et un expert avaient été mandatés pour déterminer les causes précises et les responsabilités du sinistre, des charges de matériaux trop importantes qui avaient été montées au premier étage pouvant être à l'origine de l'effondrement. L'Auditeur a, par ailleurs, précisé que les deux ouvriers blessés n'étaient pas déclarés.

Un arrêté de police a été pris interdisant, jusqu'au 4 novembre, la circulation dans la rue des Juifs et une partie de la Grand-Rue donnant accès à la rue des Juifs, dans le but de permettre le bon déroulement des opérations menées par les services de secours et communaux sur les lieux du sinistre.