Les auditions du volet " radicalisme " de la commission d'enquête parlementaire sur les attentats du 22 mars ont confirmé le rôle idéologique de l'Arabie saoudite. Une satisfaction pour vous ?

Je me réjouis qu'il y ait enfin un consensus sur le lien entre le djihadisme et la stratégie internationale de l'Arabie saoudite à travers la Ligue islamique mondiale et, chez nous, la Grande mosquée. Ce que je dénonce depuis longtemps a été objectivé par l'Ocam (NDLR : Organe de coordination pour l'analyse de la menace). Pour moi, c'est l'aspect le plus intéressant du volet " radicalisme ". On sait maintenant que des financements sont partis de la Grande mosquée vers la Syrie et vers des satellites wahhabites. On a identifié aussi le lien entre le wahhabisme et le terrorisme. En 2013, j'avais été sévèrement critiqué par Denis Ducarme, lorsque j'avais fait ce constat que certaines mosquées étaient des menaces pour notre vivre-ensemble.
...