L'homme est "en minorité prolongée", ce qui le rend toujours mineur aux yeux de la loi. Après un incident avec une fillette de huit ans l'an dernier, on lui avait imposé une série de conditions, dont l'interdiction d'avoir des contacts avec des mineurs.

La police s'est présentée chez lui mercredi après une session de chat sur Facebook avec un garçon issu de l'enseignement spécial. Ils ne se seraient rien dit de spécial, mais l'homme a par cette discussion violé ses conditions.

Le président de la Commission de défense sociale de Gand Henri Heimans parle d'une "action exagérée". "Le garçon s'en sort bien, d'après la maison de justice qui le suit. Et puis ils l'enferment à Forest, où les conditions de vie sont inhumaines."

Après l'intervention d'Henri Heimans, l'homme a été libéré.

L'homme est "en minorité prolongée", ce qui le rend toujours mineur aux yeux de la loi. Après un incident avec une fillette de huit ans l'an dernier, on lui avait imposé une série de conditions, dont l'interdiction d'avoir des contacts avec des mineurs. La police s'est présentée chez lui mercredi après une session de chat sur Facebook avec un garçon issu de l'enseignement spécial. Ils ne se seraient rien dit de spécial, mais l'homme a par cette discussion violé ses conditions. Le président de la Commission de défense sociale de Gand Henri Heimans parle d'une "action exagérée". "Le garçon s'en sort bien, d'après la maison de justice qui le suit. Et puis ils l'enferment à Forest, où les conditions de vie sont inhumaines." Après l'intervention d'Henri Heimans, l'homme a été libéré.