Le couvre-feu doit être supprimé. C'est ce que la N-VA entend réclamer dans une proposition de loi déposée à la Chambre. Et c'est ce que le MR réclame haut et fort depuis ce week-end. Les deux partis pourraient-il former un front commun en ce sens, alors que les nationalistes flamands se trouvent dans l'opposition fédérale et les libéraux francophones agitent la Vivaldi en permanence depuis l'intérieur?
...

Le couvre-feu doit être supprimé. C'est ce que la N-VA entend réclamer dans une proposition de loi déposée à la Chambre. Et c'est ce que le MR réclame haut et fort depuis ce week-end. Les deux partis pourraient-il former un front commun en ce sens, alors que les nationalistes flamands se trouvent dans l'opposition fédérale et les libéraux francophones agitent la Vivaldi en permanence depuis l'intérieur?En annonçant le dépôt de cette proposition, la N-VA utilise de façon provocante une possibilité offerte par la future loi pandémie, dont les discussions ont commencé en commission de la Chambre. La ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden (CD&V), expliquait notamment qu'une proposition de loi pourrait à l'avenir supprimer un arrêté ministériel d'urgence, si la mesure n'est plus considérée comme proportionnelle et raisonnable. 'Le parlement doit se prononcer à ce sujet, dit Peter De Roover, chef de groupe N-VA. Cela concerné des droits constitutionnels fondamentaux. On ne peut inscrire cela dans la normalité. C'est à ses partisans de montrer que la mesure fonctionne." Le ministre-président flamand, Jan Jambon (N-VA), abonde dans le même sens: "Le couvre-feu est une atteinte très grave à notre liberté."Ces expressions nationalistes ne sont pas différentes de celle du président du MR, Georges-Louis Bouchez. "Je pense qu'il faut faire attention au couvre-feu, il doit disparaître le plus tôt possible, répétait-il dimanche à la télévision flamande. Cette mesure restreint énormément nos libertés." Ou encore: "Espérons que nous mettrons fin au couvre-feu en avril, et au plus tard à l'ouverture de la restauration." Cette réouverture de l'Horeca a été programmée le 1er mai au plus tôt lors du Comité de concertation de vendredi dernier, alors que le MR plaidait, au contraire, pour le 1er avril. Le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne 'Open VLD), a affirmé pour sa part que le couvre-feu pourraît être prolongé au-delà de la réouverture de l'Horeca. Les tensiosn sur la sortie de crise se multiplient au sein de la Vivaldi.Un "front commun" N-VA / MR pourrait-il se constituer sur ce thème? Alors que les deux partis se sont durement affrontés au sujet de l'avenir de la Belgique, ce qui a donné naissance à la Vivaldi, ils se retrouvent sur des positions communes en matière de défense des libertés, notamment. Les libéraux francophones se démarquent en outre régulièrement de la ligne de la Vivaldi: il y a, chez certains au sein du parti libéral, une forme de nostalgie de cette coalition Suédoise où la ligne bleue pouvait s'exprimer plus naturellement.Ces postures exaspèrent les partenaires de la Vivaldi. Joachim Coens, président du CD&V, a explicitement demandé dimanche que l'on ne fasse pas de ce sujet un "objet de jeux politiques". "Nous sommes confrontés à une pandémie qui nous impose de prendre une série de mesures. En retirer une comme ça, ça ne va pas", a-t-il dit. Et d'ajouter: "Personne ne veut garder le couvre-feu plus longtemps que ce qui est nécessaire. Mais nous devons regarder l'évolution des chiffres. Ce n'est par exemple pas parce que l'horeca rouvrira que le couvre-feu ne sera plus nécessaire."Par contre, un débat est ouvert sur la plage horaire du couvre-feu en Région bruxelloise, plus drastique (22h-6h) dans dans les deux autres Régions (0h-5h). Une concertation au sein de la majorité bruxelloise est prévu à ce sujet en cours de semaine.