Un nouveau Comité de concertation a eu lieu ce jeudi. Un Codeco organisé pour répondre à un double objectif: apaiser, suite au fiasco de fin d'année dans le secteur culturel, puis anticiper, face à la remontée des infections ces derniers jours et aux incertutides engendrées par le variant Omicron.

Ce premier Codeco de l'année a débuté exceptionnellement par un exposé sur la situation sanitaire. "Politiques et scientifiques, l'union fait la force", a justifié le Premier ministre, Alexander De Croo. Lors de cette présentation, une première phrase choc a été annoncée par le virologue Stephen Van Gucht : " La cinquième vague a débuté". Selon lui, son pic pourrait atteindre entre 30.000 et 125.000 contaminations par jour à la mi-janvier, le nombre de cas dépendra de la politique de testing. Actuellement, la région Bruxelloise, le Brabant flamand et le Brabant wallon sont les zones les plus touchées. Le variant Omicron est majoritaire, avec entre 80 et 90% de contaminations, et sera complètement dominant à la fin janvier.

Concernant les mesures, aucun changement n'a été acté lors de ce Codeco. Les autorités ont décidé d'opter pour la prudence et des mesures stables, en maintenant ce qui est actuellement en vigueur : "la meilleure protection, c'est le booster" a affirmé Alexander De Croo, avant d'ajouter que "le risque de développer une forme grave est neuf à dix fois moins important quand on a le booster." Pour le moment, 4,5 millions de Belges ont reçu leur troisième dose, soit presqu'un Belge sur deux.

Sans surprise, les écoles, dont la rentrée est prévue pour le 10 janvier, pourront ouvrir leurs portes pour des cours à 100% en présentiel sous quelques conditions. Il faut une ventilation permanente, le port du masque est obligatoire dès 6 ans, les excursions d'une journée (sans nuitée) sont autorisées, mais les mesures en vigueur dans la société sont alors d'application. Dans le cas où quatre enfants sont contaminés, la classe sera fermée. Cela concerne l'enseignement secondaire, mais aussi primaire et maternel.

Concernant le télétravail, le Comité de concertation a décidé de ne pas suivre les recommandations des experts qui auraient souhaité l'application de celui-ci à 100%. Finalement, le télétravail est bien maintenu à 80%. Par contre, le Codeco rappelle que les team buildings de nouvelle année sont interdits.

Deux autres secteurs sont en statu quo : l'horeca et la culture. Là non plus, pas de nouvelles mesures annoncées.

Le gouvernement a demandé au commissariat Covid d'élaborer un plan de gestion en plusieurs étapes dans les mois à venir, "parce qu'il est important d'être prévisible", dit le Premier minsitre.

Le Comité de concertation est brièvement revenu sur le Codeco du 22 décembre 2021 lors de la séance des questions-réponses avec les journalistes. Pas de mea culpa du côté des politiques, mais Franck Vandenbroucke (Vooruit) a cependant admis que la communication n'avait pas été optimale. En expliquant les bases du projet de baromètre, le ministre de la santé a introduit son discours en affirmant : "nos procédures de décisions lors des derniers Codeco n'ont pas été des meilleures. Je crois donc qu'il faut un certain "reset" dans la méthode, c'est-à-dire créer un schéma de décision qui est plus équilibré entre les secteurs, plus prévisible et plus proportionnel. Voilà l'idée du baromètre."

On le sentait dans l'air, ce Codeco était avant tout d'un comité de concertation "intermédiaire" puisqu'un nouveau Codeco, plus décisif, est déjà prévu pour le 14 janvier.

Un nouveau Comité de concertation a eu lieu ce jeudi. Un Codeco organisé pour répondre à un double objectif: apaiser, suite au fiasco de fin d'année dans le secteur culturel, puis anticiper, face à la remontée des infections ces derniers jours et aux incertutides engendrées par le variant Omicron.Ce premier Codeco de l'année a débuté exceptionnellement par un exposé sur la situation sanitaire. "Politiques et scientifiques, l'union fait la force", a justifié le Premier ministre, Alexander De Croo. Lors de cette présentation, une première phrase choc a été annoncée par le virologue Stephen Van Gucht : " La cinquième vague a débuté". Selon lui, son pic pourrait atteindre entre 30.000 et 125.000 contaminations par jour à la mi-janvier, le nombre de cas dépendra de la politique de testing. Actuellement, la région Bruxelloise, le Brabant flamand et le Brabant wallon sont les zones les plus touchées. Le variant Omicron est majoritaire, avec entre 80 et 90% de contaminations, et sera complètement dominant à la fin janvier.Concernant les mesures, aucun changement n'a été acté lors de ce Codeco. Les autorités ont décidé d'opter pour la prudence et des mesures stables, en maintenant ce qui est actuellement en vigueur : "la meilleure protection, c'est le booster" a affirmé Alexander De Croo, avant d'ajouter que "le risque de développer une forme grave est neuf à dix fois moins important quand on a le booster." Pour le moment, 4,5 millions de Belges ont reçu leur troisième dose, soit presqu'un Belge sur deux. Sans surprise, les écoles, dont la rentrée est prévue pour le 10 janvier, pourront ouvrir leurs portes pour des cours à 100% en présentiel sous quelques conditions. Il faut une ventilation permanente, le port du masque est obligatoire dès 6 ans, les excursions d'une journée (sans nuitée) sont autorisées, mais les mesures en vigueur dans la société sont alors d'application. Dans le cas où quatre enfants sont contaminés, la classe sera fermée. Cela concerne l'enseignement secondaire, mais aussi primaire et maternel. Concernant le télétravail, le Comité de concertation a décidé de ne pas suivre les recommandations des experts qui auraient souhaité l'application de celui-ci à 100%. Finalement, le télétravail est bien maintenu à 80%. Par contre, le Codeco rappelle que les team buildings de nouvelle année sont interdits. Deux autres secteurs sont en statu quo : l'horeca et la culture. Là non plus, pas de nouvelles mesures annoncées. Le gouvernement a demandé au commissariat Covid d'élaborer un plan de gestion en plusieurs étapes dans les mois à venir, "parce qu'il est important d'être prévisible", dit le Premier minsitre.Le Comité de concertation est brièvement revenu sur le Codeco du 22 décembre 2021 lors de la séance des questions-réponses avec les journalistes. Pas de mea culpa du côté des politiques, mais Franck Vandenbroucke (Vooruit) a cependant admis que la communication n'avait pas été optimale. En expliquant les bases du projet de baromètre, le ministre de la santé a introduit son discours en affirmant : "nos procédures de décisions lors des derniers Codeco n'ont pas été des meilleures. Je crois donc qu'il faut un certain "reset" dans la méthode, c'est-à-dire créer un schéma de décision qui est plus équilibré entre les secteurs, plus prévisible et plus proportionnel. Voilà l'idée du baromètre."On le sentait dans l'air, ce Codeco était avant tout d'un comité de concertation "intermédiaire" puisqu'un nouveau Codeco, plus décisif, est déjà prévu pour le 14 janvier.