C'est en 2013, lors de fouilles précédentes sur la "tombe" du cachalot qu'il avait été décidé que l'on déterrerait complètement l'animal quelques années plus tard. C'est aujourd'hui le cas.

Les chercheurs de l'université de Gand (UGent) sont chargés d'examiner et de traiter la carcasse. Ils veilleront également à ce qu'elle puisse être exposée au musée Navigo (Musée National de la Pêche) à Oostduinkerke.

Il faudra cependant encore trois ans avant que le public ne puisse admirer le squelette complet. "Nous manquons de place actuellement dans le musée pour accueillir Valentin (nom donné à l'animal échoué aux alentours de la Saint-Valentin, NDLR). Nous devons adapter les lieux", a déclaré le bourgmestre de Coxyde, Marc Vanden Bussche (Open Vld). "Il est assez incroyable que nous ayons pu enterrer le cachalot entier. Aujourd'hui, cela ne serait plus possible car la nouvelle législation ne le permet plus. Il faudrait le découper immédiatement en morceaux", poursuit-il.

Le coût du projet est estimé à 200.000 euros. "Mais quand on voit l'intérêt des gens... nous pensons que cela en vaut la peine! ", ponctue le bourgmestre. Lorsque l'animal s'était échoué en 1989, il avait attiré quelque 300.000 curieux. Avec ses 17 mètres de long, il s'agit de l'un des plus grands cachalots jamais découvert sur le littoral belge.

C'est en 2013, lors de fouilles précédentes sur la "tombe" du cachalot qu'il avait été décidé que l'on déterrerait complètement l'animal quelques années plus tard. C'est aujourd'hui le cas. Les chercheurs de l'université de Gand (UGent) sont chargés d'examiner et de traiter la carcasse. Ils veilleront également à ce qu'elle puisse être exposée au musée Navigo (Musée National de la Pêche) à Oostduinkerke. Il faudra cependant encore trois ans avant que le public ne puisse admirer le squelette complet. "Nous manquons de place actuellement dans le musée pour accueillir Valentin (nom donné à l'animal échoué aux alentours de la Saint-Valentin, NDLR). Nous devons adapter les lieux", a déclaré le bourgmestre de Coxyde, Marc Vanden Bussche (Open Vld). "Il est assez incroyable que nous ayons pu enterrer le cachalot entier. Aujourd'hui, cela ne serait plus possible car la nouvelle législation ne le permet plus. Il faudrait le découper immédiatement en morceaux", poursuit-il. Le coût du projet est estimé à 200.000 euros. "Mais quand on voit l'intérêt des gens... nous pensons que cela en vaut la peine! ", ponctue le bourgmestre. Lorsque l'animal s'était échoué en 1989, il avait attiré quelque 300.000 curieux. Avec ses 17 mètres de long, il s'agit de l'un des plus grands cachalots jamais découvert sur le littoral belge.