Les Verts satisfaits des investissements

Le vice-Premier ministre Ecolo Georges Gilkinet se montre satisfait de l'accord budgétaire. Les verts insistent sur le volet investissements. "La Vivaldi a transformé ses ambitions en actes : un budget responsable où la sécurité environnementale, la justice fiscale et sociale mettent notre pays sur la voie de la transition", souligne-t-il.

"Un quart des investissements décidés iront pour le rail", annonce Georges Gilkinet, soit un montant de 250 millions. "En plus des 365 millions déjà décidés pour le rail au cours de l'année 2021, ces 250 millions viendront compléter encore le Plan Boost. Ces investissements permettront de voir plus de trains rouler et des gares plus accessibles et contribueront à l'objectif de doublement du volume de marchandises transportées par rail et un renforcement de la ligne internationale Bruxelles-Luxmbourg." En outre, "les choix décidés répondent notamment aux mesures du plan National Energie Climat approuvé vendredi dernier."

Le ministre écologiste salue également "des choix clairs pour plus de justice sociale". "Je suis particulièrement satisfait des différentes mesures ciblées prises, telles que la prolongation du tarif social de l'énergie. Je souligne également des mesures qui verront augmenter le salaire net des revenus les plus modestes. " M. Gilkinet précise enfin que "les politiques nouvelles seront financées notamment par la correction de systèmes fiscaux inéquitables, par une contribution plus juste des footballeurs professionnels ou encore des cadres étrangers vivant en Belgique et par des contributions plus équitables face aux coûts environnementaux de la mobilité."

Raoul Hedebouw: "Ce n'est pas un choc idéologique, c'est un recul social..."

Du côté du PTB, certains point de l'accord ne sont pas acceuillis à bras ouverts. "Les victimes (...) sont connues : l'immense majorité des travailleurs qui voient leurs factures exploser et les malades longues durées qui risquent dorénavant des sanctions. Ce n'est pas un choc idéologique, c'est un recul social...", réagit Raoul Hedebouw.

Thomas Dermine : "Un milliard supplémentaire pour les investissements publics"

"Le gouvernement fédéral s'est accordé sur une enveloppe de 1 milliard d'euros pour des investissements stratégiques supplémentaires", souligne le secrétaire d'Etat à la Relance Thomas Dermine. Ces moyens viennent s'ajouter aux 1,25 milliard d'euros de projets fédéraux inclus dans le Plan de relance européen (PRR) et aux 328 millions d'euros d'investissements complémentaires déjà dégagés en avril dernier, précise-t-il.

En comptabilisant les nouveaux moyens débloqués, les investissements publics du fédéral devraient atteindre près de 14,5 milliards d'euros sur la période 2021-2024, soit près de 22% du montant total des investissements publics nécessaires pour satisfaire à un ratio de 3,5% du PIB (étape intermédiaire conforme à l'accord de gouvernement), souilgne-t-il.

"Aujourd'hui, nos infrastructures publiques ne tiennent plus la comparaison avec celles des pays voisins. Grâce à ce nouveau boost d'investissements, nous inversons cette tendance. Ce sera bénéfique pour la compétitivité de notre économie, la qualité de vie de nos concitoyens et permettra de répondre aux principaux défis auxquels nous sommes confrontés, au premier rang desquels figure la transition écologique", conclut le secrétaire d'Etat, cité dans un communiqué.

Catherine Fonck: "Rien de concret, rien d'ambitieux"

L'accord ne convainc pas non plus le cdH. "Le gouvernement annonce ce matin un accord de coopération sur les métiers en pénurie. Un accord de coopération... Bref rien de concret, rien d'ambitieux et beaucoup de palabres à venir sans résultat rapide. Pourtant la situation de la Belgique est une des plus mauvaises de la zone euro", réagit la députée fédérale Catherine Fonck.

"Plan d'investissement fédéral réduit de 2-3 (selon les annonces) à 1 milliard d'euros. Il a donc servi de variable d'ajustement...", ajoute-t-elle.

Catherine Fonck (CDH), Belga
Catherine Fonck (CDH) © Belga

Pierre-Yves Dermagne: "Un budget 2022 ambitieux, réaliste et solidaire"

"Un budget 2022 ambitieux, réaliste et solidaire", a réagit le ministre de l'Economie et du Travail, Pierre-Yves Dermagne (PS) sur Twitter. "Nous répondons à l'urgence énergétique, aux défis du marché du travail et faisons des investissements à hauteur de 1 milliard destinés à améliorer le bien-être des citoyens et la compétitivité !"

Le vice-Premier ministre Ecolo Georges Gilkinet se montre satisfait de l'accord budgétaire. Les verts insistent sur le volet investissements. "La Vivaldi a transformé ses ambitions en actes : un budget responsable où la sécurité environnementale, la justice fiscale et sociale mettent notre pays sur la voie de la transition", souligne-t-il."Un quart des investissements décidés iront pour le rail", annonce Georges Gilkinet, soit un montant de 250 millions. "En plus des 365 millions déjà décidés pour le rail au cours de l'année 2021, ces 250 millions viendront compléter encore le Plan Boost. Ces investissements permettront de voir plus de trains rouler et des gares plus accessibles et contribueront à l'objectif de doublement du volume de marchandises transportées par rail et un renforcement de la ligne internationale Bruxelles-Luxmbourg." En outre, "les choix décidés répondent notamment aux mesures du plan National Energie Climat approuvé vendredi dernier."Le ministre écologiste salue également "des choix clairs pour plus de justice sociale". "Je suis particulièrement satisfait des différentes mesures ciblées prises, telles que la prolongation du tarif social de l'énergie. Je souligne également des mesures qui verront augmenter le salaire net des revenus les plus modestes. " M. Gilkinet précise enfin que "les politiques nouvelles seront financées notamment par la correction de systèmes fiscaux inéquitables, par une contribution plus juste des footballeurs professionnels ou encore des cadres étrangers vivant en Belgique et par des contributions plus équitables face aux coûts environnementaux de la mobilité."Du côté du PTB, certains point de l'accord ne sont pas acceuillis à bras ouverts. "Les victimes (...) sont connues : l'immense majorité des travailleurs qui voient leurs factures exploser et les malades longues durées qui risquent dorénavant des sanctions. Ce n'est pas un choc idéologique, c'est un recul social...", réagit Raoul Hedebouw."Le gouvernement fédéral s'est accordé sur une enveloppe de 1 milliard d'euros pour des investissements stratégiques supplémentaires", souligne le secrétaire d'Etat à la Relance Thomas Dermine. Ces moyens viennent s'ajouter aux 1,25 milliard d'euros de projets fédéraux inclus dans le Plan de relance européen (PRR) et aux 328 millions d'euros d'investissements complémentaires déjà dégagés en avril dernier, précise-t-il.En comptabilisant les nouveaux moyens débloqués, les investissements publics du fédéral devraient atteindre près de 14,5 milliards d'euros sur la période 2021-2024, soit près de 22% du montant total des investissements publics nécessaires pour satisfaire à un ratio de 3,5% du PIB (étape intermédiaire conforme à l'accord de gouvernement), souilgne-t-il."Aujourd'hui, nos infrastructures publiques ne tiennent plus la comparaison avec celles des pays voisins. Grâce à ce nouveau boost d'investissements, nous inversons cette tendance. Ce sera bénéfique pour la compétitivité de notre économie, la qualité de vie de nos concitoyens et permettra de répondre aux principaux défis auxquels nous sommes confrontés, au premier rang desquels figure la transition écologique", conclut le secrétaire d'Etat, cité dans un communiqué.L'accord ne convainc pas non plus le cdH. "Le gouvernement annonce ce matin un accord de coopération sur les métiers en pénurie. Un accord de coopération... Bref rien de concret, rien d'ambitieux et beaucoup de palabres à venir sans résultat rapide. Pourtant la situation de la Belgique est une des plus mauvaises de la zone euro", réagit la députée fédérale Catherine Fonck. "Plan d'investissement fédéral réduit de 2-3 (selon les annonces) à 1 milliard d'euros. Il a donc servi de variable d'ajustement...", ajoute-t-elle."Un budget 2022 ambitieux, réaliste et solidaire", a réagit le ministre de l'Economie et du Travail, Pierre-Yves Dermagne (PS) sur Twitter. "Nous répondons à l'urgence énergétique, aux défis du marché du travail et faisons des investissements à hauteur de 1 milliard destinés à améliorer le bien-être des citoyens et la compétitivité !"